Les mots sont les lucarnes de la pensée

Encore faut-il régulièrement les ouvrir

Afin que celle-ci soit aérée...





Ce blog est particulièrement dédié à tous les anonymes,

que je remercie pour m'avoir suivi sur ArtQuid, sans pouvoir mettre de commentaire.



David Lurcott

Alias

Jean-Pierre Fouque.


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Avant de débuter votre visite, sachez que tous vos commentaires sont les biens venus.


nnnnnnnnnnnnnnnnnDonc

nnnnnnnnnnnnnnN'hésitezlpas


Tapez :



nnnnnnnnnnBlog.nessuno@gmail.com

nnnnnnnnnnnnnnnà partir de

nnnnnnnnnnnnnvotre boîte mail


nnnnnnnnnnnllEt laissez vous aller...





PENSÉE DE "NESSUNO"


loader

Ah les miroirs mesdames & messieurs...


Les miroirs sont menteurs

J’irais même jusqu’à dire que certains sont mythomanes.

L’on se regarde le matin,

Le soir, voire l’après midi…

Et l’on se fait des têtes de…

Circonstances aggravantes…

Circonstances atténuantes…




Des têtes en l’air

Des têtes de pioche

Certains même inconsciemment, se font des têtes à claque…

Oui particulièrement, les catholiques pratiquants…


Oui mesdames et messieurs…


Les miroirs sont le prolongement mental de nos traités intimes.


David Lurcott



Alias


Jean-Pierre Fouque

Auteur dramatique - Scénariste

Écrivain - Essayiste - Pamphlétiste





-PETITES NOUVELLES-



loader

Le manuel d'Ernest.



Un certain Ernest de latroufandière lors d’un des innombrables salons littéraires qu’il fréquentait :

Lança, rebondissant sur une phrase creuse sur un ennuyeux débat existentialiste


«Peut importe de savoir naître, l’important étant de savoir mourir.»


Phrase au demeurant complètement stupide car… Comment savoir naître ???? Je vous le demande. Mais bon, peu importe…











Toujours est-il que sa phrase eut un énorme succès au sein de l’assemblée ébahie.

Tant de succès que le Sieur de latroufandière décida, un peu sous les recommandations de madame (il faut bien le préciser.) dite Josépha, née Mercier. De se lancer dans la rédaction d’un manuel du "Parfait savoir mourir."


Son manuel eut tellement de succès que le couple vécu plus qu’aisément. Le manuel du "parfait savoir mourir" avait passé les frontières et sa renommée était allée jusqu’en Asie.


En réalité, seule la femme d’Ernest de Latroufandière, connaissait le secret du "vrai savoir mourir". Il est bien évident que toutes pages du manuel, n’étaient que cruellement fausses. Le manuel n’étant qu’une vile escroquerie.

Ernest sur son lit de mort, reçu la visite d’un vieux camarade de classe de Josépha qui, se penchant sur l’oreille d’Ernest, lui susurra : «Allez dis-moi le vrai parfait savoir mourir.»

Il était trop tard, Ernest était déjà parti dans un coma profond ou presque.

De colère le vieux camarade de Josépha, incontrôlé commença à hurler sur le pauvre Ernest sans réaction, puis le frappa fortement sur la poitrine. Ce qui ne résout rien dans un cas comateux, tout le monde sait cela.


De guerre lasse il le gifla à deux reprises puis tourna les talons en direction de la porte et disparu. Quelques secondes plus tard il resurgit et dans une ultime tentative se rapprocha d’Ernest à pas feutré, puis collé à son oreille lui souffla du tréfond de ses poumons, un cri faisant comme miraculeusement revenir Ernest à la vie. Ce qui engendra une telle frayeur à Eustache, car ainsi se nommait le vieux camarade de Josépha. qu’il en tomba à la renverse quasi inanimé. Ernest descendit alors de son lit de futur mort, se pencha sur lui et d’une voix d’outre tombe :


«Le savoir mourir n’existe pas crétin. Il existe des gens qui sont morts et qui ne le savent pas. Et d’autres qui se font surprendre. Comme toi.

Il existe des spéculateurs sur "la mort parfaitement digne" que j’ai inspiré par mes millions d’exemplaire de manuel.


Résultat : Toi tu pars et moi, je reste.

Tout ça, à cause de ta bêtise crasse, de ta soif de détenir une vérité qui n’existe pas...


La vérité est que les gens meurent par peur, par peur de mourir et que mon manuel fut le plus garnd best seller avant la Bible, le Coran ou la Torah.»


S’approchant à son tour à l’oreille d’Eustache et tout bas :

« Sur ce, je te salut bien bas et m’en vais me mettre à l’écriture d’un manuel "du savoir vivre parfaitement." »


Et lui lançant goguenard, en un dernier clin d’œil :


«Je pense que ça devrait faire de gros tirages.»


Puis hélant sa femme :


– Josépha !


– Oui mon chéri !


– Viens ma belle nous avons du travail, il va te falloir réaffûter ta plume ! Je crois que je tiens une idée de génie.


Josépha le regardant avec des yeux pleins d’admiration et d’amour. Ayant toujours eu une relation plus que fusionnelle avec Ernest.


– Comme depuis toujours et jusqu’à la fin des temps mon aimé.





///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



loader

Niolys.




I – Ces valises qui m’arrachent les bras, ces gens qui marchent et moi qui les vois passer, ces gouttes salées qui me brûlent un œil, l’autre, les deux. Ne frotte pas avec tes mains pourries. Mes poches sont vides, désespérément vides. Ah, attends !… Non jette il est dégueulasse.

Tiens, voilà une idée, tu pourrais tous les récupérer et faire un montage sur une toile, se serait "de l’art concret". Toi qui aime travailler la matière c’est parfait ! Des centaines de Kleenex avec leurs crottes de nez. Sur ce qui reste de papier…

Non, je ne fais pas la manche, enfin pas aujourd’hui.

Ça serait d’ailleurs le luxe car à l’époque j’avais encore des Kleenex.


Non, je cherche seulement Niolys…


II – C’est le deuxième chameau à votre gauche.


I – Je n’ai jamais su reconnaître un chameau d’un dromadaire alors comment ?...


II – Simple ! Le chameau vu qu’il a deux bosses, dort sur le dos, calé entre trois dunes.


I – Ah, parfait merci.


II – Mais attention ! Si ce n’est pas un chameau à patte rétractiles, ne tournez surtout pas !


I – Ah ? !


II – Oui, pour vous en assurer, il vous faut absolument attendre la nuit, c’est à ce moment là qu’ils mettent en action leurs sabots.


I – Ah ! ?…


II – Oui, pour récupérer le maximum d’humidité. Ils ont d’ailleurs une plus grande autonomie, que ceux à pattes rigides, qui n’ont pas ce mouvement du sabot que je comparerais à une éponge voyez-vous.


II – À peu près, merci beaucoup.





La lune trônait dans le ciel et mon chameau incroyablement consciencieux, récupérait goutte à goutte, l’humidité de la nuit.

Je tournais, comme aimanté vers la gauche. Quelques mètres plus loin, des grognements et autres bruits indéfinissables, cassèrent le silence ouaté de cette nuit de pleine lune. Je tournais lentement la tête, puis le buste. Rien, personne… Je décidais donc de faire une halte, laissant tomber le moins lourdement possible mes valises au sol. M’étant assis sur la plus valide, j’imaginais cette merveille qu’était Niolys. Cet état où l’on écrit comme l’on marche, que l’on atteint qu’après des millénaires de marche où la musique n’a plus besoin de portée car portée par une multitude d’oiseaux bariolés, peintres abstraits de toute abstraction.

Cet état caressé par un zéphyr sur lequel s’appuient les ailes de la liberté.

Cet état sans limite ou la notion même de possible n’existe pas, car sans commencement pour y arriver.

Cet état où la pensée n’est plus, car simplement on est

Cet état où donc, être ou ne pas être n’est pas d’actualité

Irradié par les rayons d’une incandescente clarté.

Cet état où le raisonnement cède, aux battements d’aile de l’oiseau migratoire de l’imaginaire.

À cet instant là, l’instant lui-même n’existe plus

Car étant état.

Me retournant de gauche à droite dans cette nuit infinie, je pris conscience que j’étais à Niolys.








///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Gainsbourg & moi.

Lui et moi faisons deux
Oui mesdames et messieurs…
Nous fumons tous les deux…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSEE DE "NESSUNO"

loader

Caméra subjective


Il est très néfaste de penser.

Me disait mon médecin lors de ma dernière consultation.


Il est d’ailleurs scientifiquement reconnu, selon de grands neuropsychologues, que l’espérance de vie chez les cons est plus grande.


Et comme dirait mon cousin Albert, «C’est normal ils ne connaissent pas l’enfer ! »


nnnnnnnnnnnnnMais ne vous fiez pas à lui, c’est un grand paranoïaque.



///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

À ma petite monstresse.

Les yeux en vrille

La langue Na !

La bobine mélodie

En sous Sol, La

Si réminiscences parfois…

Nécessite un

Do thea time.

Et des petits gâteaux.

Tôt l’errance

Oublie les port’mantaux

Mais un Do en titane

Solide et léger

Mi Fa saut vent

Initie une symphonie.

Musique vibrante

D’oiseaux bariolés.


N’aies crainte de la pluie

Elle ne fait que glisser

Puisque par les notes tu es portée

Musicale envolée, lyrique.


N’aies crainte de toi

Tu es au diapason

Tu sais où es ta maison.

Ma fill’mon enfant

Il en faut du temps

Pour respirer vraiment

Alors enjoye your life

Mange-la without knife

Et ta nature, ton rythme, ton souffle

Renaîtrons du plus profond

De ton être musicalité.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Pour qui, pourquoi ?

Des mots pour qui, des mots pourquoi ?

Des mots qui s’envolent

Des mots qui s’évaporent

Des mots sans résonance

Des mots sans conséquence

Changer ces mots en paroles avec le fol’espoir

Qu’ils prennent forme, les voir.

Est-ce cela possible ?

Est-ce cela accessible ?

Est-ce cela sans risque ?

D’ouvrir la boîte de Pandore

De s’enfermer pour l’éternité

Et sa voix sans arrêt écouter

De l’entendre jusqu’à ne plus en pouvoir,

De l’entendre à ne plus savoir ce qu’elle dit,

De l’entendre à en devenir fou.

Je t’écris ce soir à toi qui n’est pas là.

Je t’écris ces mots, comme je crache mes peintures sur mes toiles,

Sans savoir ce qu’il en adviendra...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Tu ne l’emporteras pas...

Au paradis !


Ai-je entendu dire, un de ces jours

De grand désespoir par une personne

À une autre.

Et moi, je demanderais, quoi ?

Qu’est-ce qu’il n’emportera pas au paradis ?

Voyons voir, si tant est que le paradis existe…

Et vous connaissez mon avis sur le sujet. (Cfr : Le libre artbitre.)

Mais bon… Pour ceux qui y croient,

Qui croient donc en un paradis et un enfer.

Que pourrait-on bien y emporter ?


Prenons une hypothèse de travail.

Y a t-il une balance, un tri ?

Et donc par voie de conséquence, une partie…

Rejetée en enfer ?


Ce que l’on appelle communément notre âme,

Serait-elle séparée en deux ?


D’un côté :


Les "Mauvaises actions" iraient nourrir…

Le flot putride et malodorant de leurs «jumelles» ?

Finiraient-elles dans une espèce

De fort Guantánamo puissance, plus qu’un trillion

(Oui, ça c’est pour l’image, si tant est qu’il puisse y en avoir une.)


Donc dans cet espèce de fort Guantánamo

En plein soleil et habilement bâti

En matériaux hautement inflammables.







Et d’un autre :


Les "Bonnes actions"

S’envoleraient… Elles…

Telles de blanches et pures colombes

Vers la sérénité éternelle ?




Nous savons que depuis des siècles

Le manichéisme est de mise

Que le dressage fût plus qu’efficace

Mais tout de même.


Moi, j’dis ça, j’dis rien.




///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Des gens et des bêtes







Vous pourrez constater qu’il y a des gens…

Qui ont l’air bêtes.


Mais peut-être aurez-vous l’occasion de remarquer,

Qu’il y en à d’autres, qui sont plus bêtes…


Que ce qu’ils en ont l’air.


Toutefois il y a ceux qui ont l’air, mais un air...


Ceux-là sont des chefs d’orchestres aguerris

Pouvant jouer n’importe quelle symphonie.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

- Libre arbitre -





Parler est une chose.

Écouter en est une autre.

Lui, avait définitivement décidé d’écouter.

Dès lors, il se condamna à assister…

À des abominations verbales.

Certes et il est heureux que, tout être humain soit…

Théoriquement... Doté du libre arbitre.

Dès l’instant que celui-ci ne fût pas faussé au départ.

Prenons la religion par exemple.

L’église chrétienne aux alentour du VIème siècle après la mort de Jésus Christ, a bâillonné, étouffé, réprimé même et de manière plus que violente, l’idée de réincarnation.

Cela était plus que pratique et sécure pour la toute puissance de l’église chrétienne.

De cette manière les croyants étaient totalement dépendants de l’idée d’enfer et du paradis.

D’un BON DIEU tout puissant et miséricordieux

Et

D’un DIABLE : (SATAN.) Incarnation du mal

Ainsi les croyants étaient et sont encore maintenues dans la crainte d’aller en enfer, si ils ne vivent pas une vie dans les préceptes d’une religion, qu’elle qu’elle soit au reste.

Alors que l’idée de réincarnation exclue la notion de peur de mourir.

Tout ce que l’église ne voulait pas.

Car par la croyance à la réincarnation, les individus ne leurs étaient pas assujettis, ils étaient libres.

Toutes les religions n’ont fait que maintenir leurs adeptes comme des enfants.

Avec la promesse d’une récompense si ils se tiennent sages.

Ou la crainte de la punition si ils ne suivent pas les règles édictées dans les "Saintes écriture." Agrémentées d’images.

Soit du BON DIEU, bienveillant avec sa barbe blanche (un peu comme un père Noël en somme.)

Soit du DIABLE (SATAN.) avec ses cornes et ses yeux de feu, ou autre détails effrayants.





Tout ceci est dans l’ordre des choses, des choses de la vie, de la vie de milliards d’êtres humains, ne sachant plus, ou ne l’ayant jamais su, que le libre arbitre existe.

Pas d’alternative sinon prier pour s’octroyer une petite place au paradis et surtout, prier, prier le plus possible pour éviter le purgatoire et pire, d’aller rôtir éternellement en enfer.


De plus et pour passer à un ton plus badin, tout cela est un énorme business… Les pèlerinages, les images pieuses, les bibelots en tout genre, les associations caritatives qui entre parenthèse, se doivent de maintenir leur quota de pauvres, sinon bien évidemment ils fermeraient boutique. Enfin, j’en passe et des meilleurs…


Donc et en résumé, la religion peut se targuer, d’être la dictature qui tient depuis le plus longtemps sur cette planète.

Et qui malheureusement n’est pas prête à tomber, puisque les individus soumis à cette dictature , n’ont évidemment pas la notion d’un dictateur physique, (Un père de la nation, qui un jour pourrait faillir.)

Mais UN DIEU OMNIPRÉSENT et PARFAIT. Et qui de surcroît règne dans un monde meilleur… Ou il attend les méritants.


Pour finir, le mot clé de la religion est la FOI : du latin Fides (Confiance.) j’ajouterais d’ailleurs : AVEUGLE, puisque c’est ce qu’il est demandé dans la religion.


Mais en y réfléchissant bien, si les milliards d’individus peuplant notre planète étaient moins aveugles en matière de foi et qu’ils avaient justement foi en leur libre arbitre…

Eh bien l’humanité ferait finalement exploser les dogmes posés comme d’immenses chapes de plomb, sur les consciences collectives.


Moi j’dis ça, j’dis rien.


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

-Être ou a pas être-





Certains vous dirons peut-être

Je suis, ou je ne suis pas ?

S’inspirant de ce cher William

Et moi, je dirais plutôt ?

Je nais, ou je nais pas ?

Eh bien oui, quand tu nais, tu es

Après il faut gérer

Si tu ne gères pas,

Contre les mers de troubles par exemples

Tu n’es plus.

Simple et basique,

Comme dirait l’autre.

Que j’aime bien au demeurant.

Simple et basique en écoute ici : https://orelsan.lnk.to

ou

Dans un autre style Suicide social : d’orlesan aussi :

https://www.youtube.com/watch?v=B2kvtRprvkk

Faire un copier coller, car lien inactif

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Libre arbitre suite.

Vous pourrez m’objecter et avec raison

Qu’une nouvelle dictature a été instaurée

Et cela depuis quelques années

En l’entité de l’informatique

Avec intelligence artificielle

Et les faux cons, en attente d’une greffe.

Vous pourrez aussi par désespoir me dire larmoyant

Que la seule issue est de s’isoler

Fini internet, pas de cellulaire,

Plus besoin d’enlever la batterie…

Lors d’une conversation.

Adieu la dépression

Fini les cachetons

Commandés furtivement sur internet.

Je vous dis tout ça car, cette idée est…

Plus que rependue.

Et qu’ayant pu entendre une personne

Convaincue de la chose.

Me confiant qu’elle se servait sur internet

En produits "Bio" Pour calmer son stress.

J’avais envie de lui confier à mon tour,

Que je me sers chez mon pharmacien

Pour mes médicaments contre l’épilepsie.

Et jamais ne passe par GOGOL pour cela.

De plus la dictature de la religion existe tout de même depuis…

Le VIème siècle après la mort de Jésus Christ

Alors que l’informatique

Date de 1962 c’est à dire qu’elle a…

57 ans d’existence.

Donc, aux plus fervents adeptes.

Et aux plus croyants en cet enfer.

Je persisterais à dire qu’on n’effacera pas, si jamais cela devait arriver un jour…

15 siècles de croyance en l’enfer et le paradis.

En l’espérance d’un monde meilleur, après une vie guidée par les préceptes de la religion.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Pour Toi.

Les yeux j’te tue

A travers la masse touffue.

La bouche fermée

Le sourire aux lèvres

L’nez suivant, se lève.

il est homme et enfant

La naïveté au fond de son être

La maturité car il faut bien paraître.

Se caparaçonner contre les gens bêtes.

Il a faim de vie

Mais comment l’oublier

Alors elle le tenaille

Il tente de rencontrer des êtres qui en ont

Mais ils sont tous mûrs

Et prêts à tomber.

Dans la bêtise, comme tant d’autres.

Alors, il réajuste son armure

Et en un coin secret

Doux comme une aurore d’été

Il y dépose sa naïveté.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Para Ti.

Os olhos : Te mato !

Através da massa espessa.

A boca fechada

O sorriso nos seus lábios

O nariz, a seguir levante-se…

É homem e criança

A ingenuidade no fundo do seu ser.

A maturidade para a aparência.

Para se carapaçar contra pessoas estúpidas.

Ele está com fome de vida

Mas como a esqueser ?

Então, ela aperto-lhe, a saccana.

Ele tenta descobrir seres que têm.

Mas eles estão todos maduros

E prontos para cair…

Na estupidez, como tantos outros.

Então ele reajusta sua armadura

E n'um canto secreto

Doce como um amanhecer de verão

Ele coloca sua ingenuidade.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

...Poule Runner...

Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Disait la poule au pot.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Point de vue.

Les racistes ne sont pas tous méchants !

Comme dirait mon ami qui lui-même est de couleur.

– Mais quel est le rapport avec la couleur ?

– Eh bien mon cher, il n’y en a pas.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

"J'ai l'avantage !"

Tout avantage n’est pas un gage de victoire

Surtout dans la bêtise.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Cinquante nuances degrés

ou

Ragtime

Écrire est une belle chose

Décrire en est une autre

Décrire le ballet d’une lettre

Écrire la résonance de son mot

Faire intervenir les trompettes.

Pour souligner les tempos

Contrebasse et banjos.

Ni vu, ni connu, c’est pas beau ?

Certes la phrase est belle !

Mais il ne fallait pas les micros...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Arc en ciel.

Vert ou pas, qui s’en préoccupera ?

Je continue, sans retourner sur mes pas.

Verre d’eau, source de toute source ?

Verre de vin, source de vérité ?

Qui le sait ? Qui le dit ?

Quel prophète ?

Quel marchand ?

Vert je suis aujourd’hui

De la tête aux pieds

De midi à minuit

Jamais étant rassasié.

Demain cela changera.

Vérité ! Donc irréflexion.

Vous dont la parole est affliction.

Remontez vos pantalons

Et courez, courez vous cacher.



Aujourd’hui le vert est roi

Et son royaume est à moi.

Demain cela changera.


Jouez haut bois, résonnez musettes.

La musique dans la couleur existe

Je l’affirme et persiste.


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Tic Tac.

J’avais déposé ma guitare au clous

Pour les beaux yeux de Marilou.

Ma feuille n’était pas à scandale

Mais ma tête était de chou

Et comme lui j’en était fou.

La carlingue

De mon zingue

Brûlée par la vitesse,

Hurlait à l’atterrissage

De ma conscience désolée.

Tic Tac, Tic Tac.

Le temps n’est pas si long

Arpentant les couloirs jusqu’au fond

De ma mémoire incandescente.


Tic Tac, Tic Tac.

Résonnez neurones, jouez impulsions.

Entraînez-moi à la descente

Sur des champs de blés murs prêts à la moisson.



Tic Tac, Tic Tac.

Je hante mon corps

De curieuses volutes.

Pensées évaporées…




Tic Tac, Tic Tac.

Ni nuit, ni jour,

Ni bas ni haut,

Juste une éternalité

Qui n’a jamais existé.



Tic Tac, Tic Tac.

Le temps n’est pas si long

Arpentant les couloirs jusqu’au fond

De ma mémoire éteinte.


Ni joie, ni peine,

Ni collier, ni chaîne

Leur orthographe, oubliée même.


De tout, ne plus être

À nouveau avoir décollé

Pour une dimension bohème.


Au son de mes pas

Les murs des couloirs, désintégrés




nnnnT

nnnnnni

nnnnnnnnc ...

nnnnnnnnnnnnnnT

nnnnnnnnnnnnnnnnna

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnc...


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnné

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnt

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnne

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnv

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnÉ





///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Considération du poète

sur...

l’Amour.

Et à tous les amoureux, éperdument amoureux, même si cela ne durera.

Car le temps que cet amour vivra, Plus rien n'existera

Que toi et moi (Aurait dit le poète. )

Ouais mais pas moi, ne vous leurrez pas…

Je ne le suis pas (poète.)

Et toujours quelque chose en restera !

(Ça c'est encore lui qui en rajoute.)

Ils sont terribles les… Poets Poest !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Nuits blanches.

Dans les nuits blanches de mon coma artificiel

Je déambule dans les padures hantés par les strigoï.

Dans les nuits blanches de mon coma artificiel

Mon royaume n’est ni terre ni ciel.

L’apesanteur est mon état

Dans les nuits blanches de mon coma artificiel

Pour m’éclairer, ma chouette est là.

Dans le néant depuis bien longtemps ai plongé.

Et par ce grand saut l’autre côté ai rencontré.

Ici, tout n’est plus…

Ici, même rien ne l’est pas…

Un espace infini illuminé pas ses grands yeux…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Je pense donc...

Il est curieux de constater

Que certaines personnes pensent…

Et ne sont pas

Alors que d’autres ne pensent pas

Et sont.

Qu’en pensez vous ?

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

Le raffinement de la technologie

– Moteur : 6 cylindres

– Soupapes : 4 par moteur

– Cylindrée : 2979 cc

– Puissance din : 350 ch au régime de 5750 tr/min

– Couple moteur : 580 Nm au régime de 1750 tr/min

– Puissance fiscale : 25 CV

– Position du moteur : NC

– Alimentation : NC

– Suralimentation/type : turbo

– Accélération 0/100km/h : 5.2 sec

– Transmission : 4 roues motrices

– vitesses : 8

Ne vous y trompez pas, ce descriptif de la dernière Maserati modèle "Levante" ou Maserati de "l’Est" ou qui "Est" (au choix.), n’est pas une facétie de ma part.

Car, véritable fou de voitures de sport.

Avec certes une affection toute particulière pour les italiennes.

Ah… Pouvoir bondir vers les grands espaces à une vitesse encore imaginable certes mais, qui sait ? Un jour ou l’autre ?...

Avec toute option à porté de la main…

Mes amis, je vous le dis, nous n’arrêterons jamais le progrès.

À quand l’abstraction totale de le lunette arrière ?...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Raffinement

de la technologie

Suite

Prenez un ordinateur

De bonne qualité s’entend.

Explosez-le rageusement

Mais contentieusement.

Une bonne masse est de bon aloi.

Une fois l’appareil explosé

Et votre rage apaisée

Inspectez, les morceaux éparpillés

Encore grésillants des essais de reconnexion entre eux.

Au milieu de la fumée, s’il y en a…

(Ce qui serait préférable pour de bons effets spéciaux.)

Donc,fumée ou pas,cherchez votre disque dur

Qui bogant sans arrêt

A ourdi en vous, cette rage irrépressible.

Vous pourrez constater que bizarrement,

Le disque a mystérieusement disparu…

Et qu’il ne vous reste comme seul espoir…

La mémoire vive de votre ordinateur.

Qui malheureusement n’est plus vive du tout.

Moralité de cette petite histoire :

À quand l’abstraction totale des lunettes arrières ?

Obsolète GOOGLE MAP pour voyager !

Et donc inutile de taper un mot clé.

Vive, la mémoire l’est souvent

Et tellement que l’on arrive à se dire,

Qu’il vaudrait mieux…

Qu’elle ne le fut pas.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L'égoseisme.





L'égoséisme

Est

une bonne chose

pour les

Optimistes

Ils peuvent toujours


Penser renaître


de


nnnnnnnnnnnl


nnnnnnnnnnnnne


nnnnnnnnnnnnnnnu


nnnnnnnnnnnnnnnnnr


nnnnnnnnnnnnnnnnnnns





nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnC



nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnne



vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvn



nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnd



nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnr



nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnne



nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnns



nnnnnnnnnnnnnnnnnnnn.



NNNNNNNNNNNNNNNN.



NNNNNNNNNNNNNNNN.



NNNNNNNNNNNNNNNNN.



NNNNNNNNNNNNNNNN.








///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Ricoché

Notre vie n’est autre qu’une apnée.

Et l’éternité…

Rien d’autre que…

Des apnées successives dans...

Une mer infinie.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Réflexion badine

Il est intéressant de constater
Comme l’on veut reconnaître du talent
À ce qui n’en a pas…
Comme l’on veut donner de l’âme
À ce qui n’est finalement…
Qu’un simple objet de… Décoration.
Comme l’on peut se croire amoureux
Alors que l’on ne l’est pas vraiment.
J’en fini par croire que ce sont les poètes
Qui ont créés eux même leurs amours
Par besoin… De fantaisie.

Cette fantaisie qui les fait créer.
J’en fini par croire aussi…
Que de la même manière qu’un peintre
Voit la nature et la transcende
Le poète en fait de même avec…
Ce qui est communément qualifié de…
Muse.
L’on pourrait faire une petite parenthèse
Et je me permettrais ce jeu de mot (facile) me direz-vous
Parfois la muse en question fait à son "poète"
Porter les cornes. Ha ! Ha ! Ha !
Oui cornes, muse, "cornemuse…"
Je vous l’avais dit qu’elle était facile.
Mais donc et pour en revenir au poète et ses corn…
Pardon sa muse
Qui parfois s’amuse… …Elle…
...Du poète

Conséquence.

Si, ce que le poète en question
Croit être un original
N’est en réalité
Qu’une pâle copie (style tableaux peints à la chaîne en chine et mis en exposition comme des œuvres originales.)
Ce qui au départ devait être une œuvre
Du cousu main si vous voulez (Oui mes grands parents étaient couturiers. j’aime bien faire des parenthèses familiales… )
Eh bien comme je le disais ci-dessus…
Ce qui devait donc être du cousu main
Devient du vulgaire prêt à porté.
Ben oui mesdames et messieurs L’original n’étant pas…

Original…

Donc…



Mais, étant d’un naturel optimiste
J’ai préféré faire comme si…
Sinon, cela fut trop triste.
Péjoratif pour les poètes
Et humiliant pour ceux qui les côtoient.
Et qui croient en eux.
Quoiqu’il en soit je persiste à dire
Que souvent certains écrits…
Ne sont rien d’autre que…
Quelques états d’exaltation passagère
Et qu'au sujet desquels certains diront…
Qu’au moins cela aura servit à la postérité


Si tant est que postérité ? …



Ceci étant dit et pour en finir.
MUSE-Hic ! Elle ment.

Donc...
DO RÉ ma muse
Finalement m’a amusé.




///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sur la Peinture...

Certains peintres peignent comme ils écrivent.
Et donc inévitablement, de temps à autres…
Font des fautes.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Au sujet de la Classique


Je choisirais aujourd’hui français.
Et prendrais en écoute, (si je puis me permettre)
Ce cher monsieur Hector Berlioz et sa fameuse Symphonie Fantastique

En définitive, qu’à t-elle de si "Fantastique" si ce n’est son dernier mouvement où là...
Si vous l'écoutez attentivement vous constaterez que...
Cela commence à s’animer quelque peu...
Et qu’il nous semble entr’apercevoir quelque chevauchée,
Quelques dangers...
Quelques sautillements après haletants suspens.

Et avec nationalisme oblige :
Un final bien à la française aux accents teintés de marseillaise.

Moi je dis ça, je dis rien.
Et ne voudrais surtout pas heurter les admirateurs de monsieur Berlioz.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sucré salé...












- Souvent les mots sont comme...


Des choux à la crème

nnnnnnou...

Des babas au rhum


Dont les enfants se gavent et s’enivrent.



- Personnellement je préfère le salé.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Petite faribole


L’imaginaire est au malade

Ce que la certitude est aux imbéciles…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les paranoïaques





Les paranoïaques ont quelques fois tendance à penser :

Qu’un paranoïaque averti en vaut deux.

Hors et c’est là l’erreur...

Un paranoïaque plus un paranoïaque, ne feront jamais que deux paranoïaques !

Cela n’abaissera pas la probabilité, de vivre dans la douleur…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les cons.




Avez-vous déjà regardé un con dans les yeux ?
Ne le faites surtout pas. C’est dangereux. Non, non, je vous assure, ce n’est pas de la blague.
D’abord, est-ce que vous avez remarqué cette fixité dans le regard ? Cette espèce de flou dans le globe oculaire ?…

Alors certes, me direz-vous, cela est dû à une réflexion intense sur… L’origine de l’homme, sur son évolution depuis le singe à l’Homo erectus, du fait qu’il se soit dégagé de la peur des Dieux, pour devenir un homme à part entière.

Eh bien non, pas du tout…


Je comprends ceci dit que vous baigniez encore dans cet optimisme débordant en l’humanité.

Moi-même, quand j’étais petit…


Entrapercevant par hasard les dessous d’une jolie femme assise juste en face de moi et me regardant avec un sourire avenant, j’étais persuadé qu’elles en portaient toutes…

C’est bien plus tard, que je me suis aperçu à ma grande désillusion que ce n’était pas le cas.

Et que le plaisir de lever le voile si j’ose dire, sur des mystères parfois insondables, n’était plus qu’un espoir de petite enfance…


Mais trêve de digression et revenons-en aux cons.

Donc pour tout vous dire, optimiste je l’ai été moi aussi, mais cela m’est très vite passé, justement en regardant des cons, de toutes sortes d’ailleurs.

Comment vous expliquer ?...

Ils sont un peu comme des serpents.

Vous voyez le serpent du livre de la jungle ?... Voilà !

À cette différence prêt que lui, il a oublié de l’être !... Con.

Donc, où je veux en venir, c’est que les cons ont une...

Capacité ?... Faculté ?... Je ne saurai trop définir. En tous les cas ils l’ont... Les cons…

Cette capacité va-t-on dire, hypnotique. Non pas qu’ils la travaillent, non. Non, elle est Con Génitale.

Même n’étant pas d’une nature spécialement curieuse, face à un con, on est toujours subjugué. Oui, c’est ça, c’est le mot, subjugué...

La question qui vient généralement à l’esprit est :


«Qu’est-ce qu’il, ou elle dit ?» Oui parce que la connerie Mesdames et Messieurs à l’instar du jean, maintenant est unisexe.

Vous allez penser que je donne dans la nostalgie mais… Où est l’époque où les femmes portaient des robes à crinoline, de jolis chapeaux etc… Etc…

Enfin bon, effectivement, ça ne changeait rien quant à la connerie. Mais je ne sais pas ?... il y avait tout de même une différence BORDEL !...


Je vous prie de m’excuser je n’ai pas l’habitude de me laisser emporter. Oui il y avait une différence !!! On distinguait alors, une conne d’un con.

Maintenant, même la connerie est uniformisée. C’est un monde tout de même !

Je vous prie d’excuser mes digressions et revenons-en à nos mout..cons.

Oui donc, les plus optimistes se diront :

«Non, ce n’est pas possible qu’il ou elle soit aussi con ou conne Il doit bien y avoir une once d’intelligence dans ce cerveau végétatif ?»

Donc prenons un exemple. On m’a toujours dit qu’un exemple vaut mieux que cent explications donc…

Au hasard : Est-ce que vous avez remarqué le regard d’un supporter d’une équipe de foot quelconque… Et allez ne lésinons pas… sur la planète entière.

Ah, oui… Je sens que j’ai touché un point sensible. Y a-t-il des supporters de foot dans la salle ?... Évidemment, je m’en doutais…

Bon… Mais aussi il faut savoir à toutes fins utiles qu’il y a des degrés dans la connerie.

Comment dire ?… Il existe une sorte de hiérarchie, comme partout.

Chez les cons ils n’y a pas que des génies voyez ?... Ouais bon...


Je sais, lorsque j’ai soumis à la lecture mes expériences, recherches et constatations à un ami, il m’a fortement déconseillé de prendre en exemple le football et ses innombrables supporters.

Ce à quoi je lui ai répondu :

«Non, j’irai jusqu’au bout ! Je resterai intègre. Et puis le public est intelligent voilà.»

Non ???...


Ouais bon mais des fois je peux être très con vous savez.

Eh ben oui parce qu’il y a quelque chose de terrible avec la connerie...

C’est que si l’on n’est pas attentif, on peut très vite l’attraper. c’est contagieux...



Bon donc, quoiqu’il en soit, je continue avec mon exemple.

J’en étais au regard d’un supporter d’une équipe de foot quelconque, "en dehors" et je mets bien l’accent la dessus, "en dehors" d’un match de foot bien entendu…

Oui parce que pendant les matches alors là, les regards changent. Ces regards bovins se transforment…




Faisons d’abord un flash back et prenons des images d’archive du IIIème Reich et du peuple en transe devant Adolphe Hitler et zoomons sur leurs yeux, leurs regards.

Et maintenant, prenons des images actuelles, de supporters gaiement peinturlurés au couleur de leur équipe ou de leur pays, joliment chapeautés, tapants frénétiquement sur un quelconque ustensile que ce soit, afin de faire le plus de bruit possible…


Et faisons la même expérience à savoir faisons un zoom sur leurs yeux, leurs regards.


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnÉtonnant non ???...



Pour terminer, je prendrais un exemple qui ma foi me parait plus simple.


Vous prenez un bœuf, vous l’enfermez dans un enclos solide et vous filmez son regard pendant l’expérience suivante :

Vous lui balancer une décharge de 320 W dans les fesses et vous vérifiez ses yeux. Vous pourrez constater qu’ils seront exorbités.

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnNormal…



Mais soyez assurez que la seule réaction de la pauvre bête, sera de vouloir s’enfuir de cet endroit.




Alors… …Comment pouvez-vous m’expliquer que des milliers de supporters, que dis-je des milliers ? Des millions de supporters au monde à qui on fait en plus, payer des prix monstrueux, pour prendre des décharges électriques, n’ont nullement l’intention de s’en fuir, bien au contraire, ils sont prêts à s’entre tuer !

Je ne sais pas ce que vous en pensez ? Mais…

En ce qui me concerne, je trouve ça, dans la hiérarchie de la connerie, à un niveau supérieur.





nnnnnnnnn Bravo les cons du stade ! Vous êtes prêts pour partir à la guerre.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les sacrifiés de la vie...

Ah mesdames et messieurs,
Les sacrifiés de la vie
Les ceux à qui volontiers au début l'on sourit
Ceux que sauver l'on a envie
Ceux qui cycliquement se jettent d'une falaise
Et que l’on va chercher pour les sortir du malaise
Les Sisyphes à l’envers
Au rocher sur le dos
Pour se noyer plus tôt
Réémergeant inlassablement
Du très profond des eaux.

Les auto metteurs en croix
Revendiquant leur non choix
Les sacrifiés de tout poil
Les sacrifiés de tout sexe
Qui suggère de l’aide
Mais pour la liberté de souffrir plaident
Ceux qui naufragés
Vous tir’la bouée
Ceux qui agrippés
Vous font vous noyer

Ceux qui d’un œil de martyre
" On peut pas souffrir pire ! "
Ceux qui d’un œil cerné
" Nous nous sommes tant aimés !"
Les scorpions de la vie
Qui se piquent, se piquent
Tout en restant en vie.
Au milieu du feu qu’ils ont eux même allumés.

Ah, mesdames et messieurs
Les sacrifiés de la vie
Les rois de la selfie souffrance
Les empereurs de la douleur endurance
Ceux qui en nuits résistance
Ceux qui prisonniers résilience
Ceux qui malheur complaisance
Ceux qui fatalité croyance

De ceux-là…

Si je puis me permettre…
Ne vous en approchez pas.
Et espère aussi et surtout que vous n'en n’êtes pas


Ceci dit :
Vivez heureux et enjoye yoursel

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Dédicace à M.T.

Vous tous peintres abstraits,
Ne vous fustigez pas devant votre toile blanche.

PEIGNEZ-LA EN NOIR !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Amour & Stimuli













Ah l’amour mesdames et messieurs !


Je ne sais si vous avez déjà été amoureux ?


Mais vraiment amoureux.

À ne plus voir que l’autre,

À ne faire plus qu’un avec l’autre,

Vos souffles étant de concert.


À atteindre ce stade où une minute sans, ce qu’il est communément appelé...

"l’âme sœur" devient comme une condamnation à perpette d’absence.


Je vous pose la question tout en sachant que cela arrive à tout un chacun, au moins une fois dans sa vie.

Maintenant, venons-en au point précis de l’absence :

N’avez vous pas remarqué qu’à ce moment là, l’amour est encore plus...
"fiévreux" si je puis dire ?

Que notre envie d’être avec l’être aimé devient presque obsessionnelle ?


Je ne sais pourquoi mais, il me semble voir un sourire attendri au coin de vos lèvres.

Bien, soyons honnêtes puisque nous sommes entre nous. Et dites-moi si vous ne reconnaissez pas là, cet état ?


L’émotion que provoque l’image de l’autre,
le souvenir de situations d’intenses exaltations,
des crises de fou rire,
des crises de folle colère.


Les scientifiques vous diront qu’il s’agit là de
stimuli.
Mais nous y reviendrons plus tard.
Donc, toutes ces choses qui lorsque vous êtes séparés de votre amour (et je précise bien amour avec un grand
A.) Deviennent souffrances.

Vous n’aspirez dans ces moments là qu’à une chose, être auprès de ce qui vous est devenu indispensable.


Comme me le disait ma mère :

"Mon fils il faut toujours s'en référer aux racines !"


Donc faisons le, voulez-vous ?


– STIMULI

Du latin stimulus (aiguillon)

En psychologie, cela désigne :

– ce qui peut engendrer une réaction comportementale.

Alors, comme tout un chacun nous réagissons et ceci sans le savoir, à ces fameux aiguillons. donc stimuli.




Aiguillons…

– Auditifs (Musiques.)

– Visuels (Pub & films en tout genre.)

– Olfactifs (Parfums.)

– Tactiles (Lorsque l’on caresse une écorce d’arbre.)

Et même…

– Thermique (La chaleur ou froideur que l’on peut ressentir lors d’une poignée de main.)

Ce ne sont là, que quelques exemples pris au hasard.

Au point même qu’en son absence, votre souffle en est affecté.

Si je peux me permettre cette métaphore :

Deux personnes qui s’aiment, étant séparées, deviennent des être "asthmatiques", s’étouffant dans leur condamnation à la solitude.


Mais tâchons de laisser de côté pour l’instant le côté émotionnel et plongeons nous dans ce monde parfois insondable pour nous citoyens lambda à savoir :

La science et un de ses domaines d’investigation :


La Psychophysique.

Qui entre des mains, malintentionnées, des apprentis sorciers. peut évidemment causer des dégâts irréparables.


Sachez que chez les personnes plus communément qualifiés de sujets, par les scientifiques, il est pratiqué des expériences (science oblige) et donc, il est singularisé, deux catégories de "récepteurs" si je puis m’exprimer ainsi :


I – Les hésitants ou : «je ne sais pas» qui répondant à un stimulus donné, ne vont pas avoir la certitude de ce qu’ils ont vu ou ressentis



II – Ceux qui eux n’hésitent pas ou : «J’ai vu.»

Et répondront immédiatement au stimulus en formulant ou réagissant de la manière que ce dernier attend.


nnnnnnnnnnnnnnOU…

Car il existe et existera toujours, fort heureusement :

L’inattendu.

La probabilité infime.



Que quelque science que ce soit...

Ne peut contrôler d’une manière ou d’une autre.

Et donc par voix de conséquence, le "sujet"...





nnnnnnnnnnnnnS’ÉCLATERA

Telle une goute d'eau, entre ces fameux stimuli…




Bien, après cette petite digression scientifique, j’en reviens donc à nos Amours. Car cela est tout de même plus léger.

Et je ferais à ce sujet et pour boucler la boucle, un rappel au texte "Les nuisances" (Texte que vous pourrez trouver plus avant dans mes pensées.)

Donc, je dirais que parfois ces nuisances hors le fait d’être des glissants, sont aussi des adeptes des stimuli.


Ils sont tout aussi impalpables, inodore, incolore, et d’une extrême patience. Ils peuvent attendre des semaines, des mois, voire des années, en...


Instillant quelques stimuli par ci, quelques stimuli par là.

Pour se nourrir du bonheur de leur proie. et parfois à l’instar des vampires, une fois chose faite la victime devenant "glissant" à son tour.

Oui, pour tout vous dire et vous le répéter… Je suis chasseur de "glissant" depuis des années maintenant...

Pour des raisons qui me sont toutes personnelles.

Je ne saurais donc trop vous conseiller mesdames et messieurs et en particulier ceux qui sont...


"En Amour"


À partir de d’ores et déjà, une extrême attention quant à votre entourage et de toujours être aux aguets de tout...

STIMULI.


Aussi bien intérieurs qu’extérieurs.




Si votre attirance et vos émotions envers l'être aimé,

ne changent pas malgré ces fameux...

"AIGUILLONS".

Eh bien... Cela voudra dire que vous vivez un amour vrai et solide.



À vous de jouer, bonne chance et soyez heureux ! …







///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

"PENSÉE DE NESSUNO"

loader

Un ange passe...

Les anges sont des créatures impalpables et intemporelles.
Mais personne ne pourra jamais l’imaginer et donc le croire.

Ce qui amène les NON ANGES à vouloir leur couper les ailes, pour se les approprier.

Mais en vain, car leurs "ailes" aux ANGES repoussent éternellement…

Viens, mon ange, dansons toi et moi.
Au dessus de la fange
Fusionnons nos émois.
Que de ce ballet,
Tourbillon passionnellement amoureux
Naisse l’embrasement des cieux

Qui d’un ricoché fulgurant
Réduira en cendre
Les pustulés du cœur
Les bouffis sans âme
Et leurs doigts décharnés.
Crispés pour saisir,
Ce qui est, et sera toujours…
Insaisissable.


UN ANGE PASSE…
&
PASSERA TOUJOURS.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Suggestion

Aujourd'hui...

Nessuno ne vous délivrera aucune pensée mais plutôt une suggestion pour vos réveils difficiles vos moments de légers vague à l’âme ou tendance à la neurasthénie.

Quoi de mieux pour cela que...

LA MUSIQUE ?

En conséquence...

Je ne saurais trop vous conseiller de copier ce lien sur...

"GOGOLE"

https://www.youtube.com/watch?v=-nY31bga-GY

Et dans un autre style…

Pour ceux qui, comme moi, croient en l’amour éternel...

https://www.youtube.com/watch?v=l1zjdIWOZU8


Bonne écoute et soyez heureux…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le textuel

Les orgasmes textuels sont fréquents

Chez les gens qui...

Se regardent écrire.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Petite pensée

- Il vaut mieux être traité de parfait imbécile

Que d’individu très intelligent.

Cela laisse plus de marge de manœuvre.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Permettez ?...



La plus part du temps où l’on m’a dit que j’étais intelligent,

J'ai réellement eu la sensation bizarre d'être...

Traiter d'imbécile par la suite.

Mais ne vous fiez pas à moi,

j’ai toujours eu une fâcheuse tendance à la paranoïa…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les yeux... Au plat...

Des yeux au plat,
Du jour !
Avec d’énormes pupilles
De la nation dilatée
Avec d’énormes peaux,
Pierre sur lesquelles
La première pierre
Sera posée
Ou jetée comme tu veux.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sous le pont Mirabeau

Sous le Pont Mirabeau coule la Seine
Sur les champs Élysées coule la haine
La haine des gens qui ont peur
Peur de tout ce qui n’est pas leur…

Sur le Pont Mirabeau passe un œil
Sur les champs Élysées un cercueil.
De cette procession macabre,
Les arbres sont les maîtres de cérémonie
Les chefs d’orchestres fous
D’une diabolique symphonie.

Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Sur les champs Élysées là, c’est l’arène.

Mais pas d’habit de lumière

Attendant la bête fière.



Seulement un tas, un monceau

Une montagne de pas beaux

Transpirants toutes les gouttes

De leur imaginaire insipide.

Pissant de leurs gros yeux glauques

Comme les prostateux qui "tiquent" en bloquant.



Agitant osseusement leurs bras décharnés

Crispant leurs doigts crochus

Afin d’emprisonner

Le petit oiseau qui là, s’est posé.

Ils se sont promis de le cuisiner.

Alors d’abord, on lui coupe les ailes…

Plus question de se faire la belle…

Plus question de flirter avec l’infini

Aidé d’Éole et de ses amis.


Fini les grands espaces.

Cumulus et nimbus

Désormais prendront le bus.

Tout doit retourner en sa place.



Et lui s’endormira avec en tête

Ses échappées belles et les chimères de ses envolées…



Sous sa cage, passe l’enfant

Les mains dans les poches.

Et l’on entend…



"Dans mon cœur sabot.

J’ai mis ma peine éternité

Du petit garçon bancale

Qui a peur pour ses pieds."

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

Écosystème.

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVUn champ de blé vert

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVDans ma têt’s’est ouvert

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVOndulant, frissonnant.


VVVVVVVLa mélodie des mots

VVVVVVVVV Clé de sol de mes maux

VVVVVVVVVVVVVVVVVVS’envole au confin

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVDe ma tête à l’envers.

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV Courant à sa perte

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV Sa perte de vue.




VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVÉbloui par des poissons de lune

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV Sautant par de-là l’écume

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVTels des hippocampes affolés

VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVPar une course chimérique.


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sur l'écriture...

On ne peut écrire comme l’on pense.
Pour la bonne et simple raison que lorsque l’on se met à penser...

L'on ne peut plus écrire.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le don de soi

- Il est dit qu’il faut donner pour recevoir.

À cette nuance près, que parfois la personne à qui l’on donne...

...N’a pas un fond de commerce très achalandé.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L'amour avec un A

- Je vous le dis Mesdames et Messieurs,

Quitte à passer pour un désabusé de la vie.
Ne faites jamais l’amour avec tout votre amour.
L’autre s’en apercevra et jouera en quelque sorte…
...Sur du velours...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Mémo

Mes mots

Mes mots pour te guérir
Mots pour te soutenir
Mots pour te faire rire
Pour te faire la cour
Pour te faire l’amour
Effleurant en douceur
Ton corps, ton âm’ton cœur.

Mes mots

Guerriers immortels
Toujours sur la ligne
De conduite ne connaissent pas.
Appâts des vilains
Ou de vilaines phrases.
Ils surgiss’du tréfonds, de là bas.
Des royaumes anciens.

Mes mots

Mes mots sont pour toi
Toi que je ne connais pas
Mais qui es comme moi
Ensemble brisons la syntaxe
Composons de concert…
Et d’un coup de scalpel extrayons l’entraxe.
Et tout sera hier…

Mon suflet
Six trent’cinq est chargé
Mot à mot pour tuer.
Et d’un coup de souffle
J’vir'rai la fumée
Accroc à mon silencieux.

Mes mots
Ne veulent que portée musicale
Irrisée de couleurs
Vibrantes de folie
Déchaînant les éléments, hallucinés.


Et le calme revenu

Mes lèvres souffleront
Sur tes brûlures, à jamais soulagées…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L'Univers où... ou...
Au choix.


Cellul’rebondissant’dans un univers chaos...

Perdue dans le néant d’illusoires galaxies...
Sa cérébrale majesté

Depuis longtemps déconnectée…

S’accroche, s’accroch’à son trôn’à présent trop haut.

La révolution neurone et maintenant partie.

Les sujets ont sonné l’hallali.

Son palais dévasté n’est plus que trou noir.

Que pluie météorites.

Que boules de feu

Explosant les yeux

Des témoins curieux.

Du big bang infini…



Sa cérébrale majesté

Depuis longtemps déconnectée…

Ses circuits depuis longtemps désintégrés,

Claquent encore et encore

Par millier d’étincelles.

Essayant désespérément la fusion improbable.

La lumière fulgurante.

La lumière résonnante.

Cherchant follement un écho Mi…

La au hasard du Sol… …eil de ses nuits.

Sa cérébrale majesté

Depuis longtemps déconnectée,

Ses neurones en bataille

Sur les pics de sa citadelle,

Surplombant les plaines dévastées

Par les chevaliers de son apocalypse.

Se borne maintenant à éprouver…

L’électrochoc de ses vies millénaires.



Son trône maintenant désuet,

Ne lui sert plus désormais…

Que par images défragmentées

À assister au film vieillit,

De sa vie… De sa vie…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sur le bio.

Ah le bio mesdames et messieurs…

Depuis quelques années s’est développé la culture bio, à savoir que :

Le mode de production agricole est naturel et n'utilise aucun produit chimique de synthèse, comme :

– les pesticides, les herbicides chimiques, les fertilisants artificiels ou les hormones de croissance.

Il n’est utilisé que des matières organiques naturelles recyclées et il est pratiqué le principe de rotation des cultures. Cela se fait même parfois en coopérative. Un peu comme dans les Kolkhozes, si vous voulez, mais en bio… Et avec tout de même la "liberté" de quitter sa terre. Nous ne sommes pas en Union Soviétique, tout de même !!!…


Mais bon… Je ne vous apprends rien, me direz-vous.

Nous avons aussi le bonheur actuellement, de pouvoir trouver :

– Des vêtements en coton bio, en chanvre, en laine, en soie, en lin.

– Des détartrants, désinfectants et détergents bio.

Et même des cosmétiques :

– Savons.
– Maquillage et produits de toilette.
On nous a même sensibilisé sur le fait désormais, de pratiquer le tri de nos ordures ménagères, afin de ne pas polluer notre belle planète.

Il est important de souligner et je ne le répèterais jamais assez, que nos gouvernements successifs, se sont penchés sur notre éducation et par voie de conséquence, sur notre bien être. (Oui mesdames et messieurs, une bonne éducation, amène au bien être. Même si certains égarés, ne peuvent l’admettre, voire le concevoir.

Alors, certains esprits chagrins objecteront :
– Et les avions alors ?
– Et les essaies nucléaires ?
– Et Les américains qui font décoller régulièrement leurs navettes en direction de la lune ?
– Et les satellites et leurs composants électroniques qui se désintègrent dans l’atmosphère ?
– Et les armes chimiques ?

Certes, mais à ceux-là, je répondrai que :
– les avions des grandes compagnies aériennes, ne sauraient s'arrêter de circuler… Comment par exemple partiriez vous en vacance vers des contrées lointaines et de plus, à des prix de plus en plus abordables.
– Quant aux américains… Quelle belle aventure ! Savoir que nos petits enfants pourront peut-être un jour faire le voyage pour la lune en low cost… Cela ne vous fait-il pas rêver. Ne pensons pas kérosène, pensons plutôt odyssée humaine !…
– Au sujet des essaies nucléaires, il est raisonnablement inconcevable de les suspendre. Et l’équilibre mondial, y pensez-vous ?...
– Les satellites maintenant. Ils nous sont indispensables, comprenez-le. En dehors du fait que nos chers agriculteurs peuvent être au courant des prévisions météorologique, ce sont les gardiens de notre sérénité. Allons donc, ce ne seront jamais quelques débris informatiques qui menaceront notre bonne vielle planète terre. Allons soyons raisonnable !

– Et pour finir : les milliers de bombes et d’armes chimiques déversées quasi quotidiennement soit... ...Mais… En des contrées lointaines.
Quoiqu'il en soit, dites vous bien que les grands de ce monde sont là.
Vigilants et soucieux du mieux être de tous.
Et que cela demande toujours quelque sacrifice.

Soyez courtois, mesdames et messieurs. triez vos poubelles
Soyez de bons citoyens.
Civiques et ordonnés.
Pour le reste laisser le gouvernement s’en occuper.



Toutefois une réflexion m’effleure l'esprit.
Réflexion que je vais vous soumettre, si vous le permettez :

Et vos pensées mesdames et messieurs…
Sont elles Bio ?
À savoir sans additif de quelque ordre que ce soit ?
– Télé
– Publicité
– Information
– Alléchantes affiches

Un conseil, si je puis me permettre.

Ne pensez plus à vos têtes
Votre tête pense à vous.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sens...








Mes yeux brûlent

Mes oreilles sifflent

Toujours ces images

Toujours ces sons

Réminiscences obsédantes d'un amour foudroyé.

Mes sens te cherchent

Mon corps tendu vers toi

Où que tu sois,

Ce cri est pour toi.

Enfants vengeurs de l'ignominie humaine,

Nous sommes guerriers sanguinaires.

Le néant est notre palais

Gardiens du passé

Vigiles du présent

Côte à côte chevauchons et embrasons les plaines.

Sur leurs cendres poussera le blé en herbe

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnNous sommes UN,

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnlNous sommes TOUT !



nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnNous sommes l'universel

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnNous sommes Amour éternel...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Joyeuses Têtes !!!

Ne pensez pas à vos têtes
Vos têtes pensent à vous…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le bossu et la roue
Ou pensée mystique...

Le bossu de Notre Dame était amoureux d’Esméralda
Au supplice de la roue, il fut mit pour cela.
Plus rond elle ne tourne depuis ce jour là.
Est-ce la bosse du métier ???…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Toi


Toi qui en l'éther me parle
Toi que j'entends
Toi que je vois
Toi que je sens
Toi dont j'attends confusément un signe...


Toi mon espérance, voguant désespérément
Dans un univers aux contours impalpables
Dans lequel je me plonge avec une étrange et maladive volupté

Toi mon amour
Toi ma brûlure
Toi ma blessure éternelle

Viens t’asseoir à ma table
Rebuvons notre vie jusqu'à la lie
Et revenons en ce monde.

Le brouillard est notre palais.
Toi et moi ma guerrière,
Sortons les lames,
Sellons nos chevaux,
Partons en campagne comme autrefois
En les temps immémoriaux

Et côte à côte, massacrons
Tous ceux qui se mettrons en travers de notre chemin.

Toi, folie de mon cerveau ravagé par mon amour.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Belle de nuit.


Elle était là devant la cheminée…

Le feu crépitait dans la maisonnée…

La porte s’ouvrit et douillettement elle se retourna...

Au son lourd du pas de son amour éthéré.

Son corps discrètement tendu…

En attendant sa vue...

N’osant dévoilé ses secrètes pensées.
Elle ne pu s’empêcher de soupirer
Afin de masquer…
Le mouvement sensuel de ses seins de lait.


N’y pouvant plus, d’un mouvement délicat elle se leva.
Et d’une voix suave l’appela.
Mais de réponse il n’y eu pas.


Aussi leste et imprévisible que le chat.
Elle se saisit du fusil familial
Dans l’obscurité du couloir tira trois fois…
Et abattit son aimé en toute bonne foi.

Moralité :

Quelques mots doux pour vous annoncer, ne sont pas superflus, voire parfois nécessaires.
Surtout si vous avez confié un fusil chargé à votre aimée.
Et que par jalousie, vous lui avez appris à s’en servir contre d’éventuels rivaux de votre auguste personne…

Dites vous bien qu’il vaut mieux porter les cornes, qu’être abattu à coup de chevrotine.


Et d’un autre côté, sachez à quoi vous vous exposez, si vous enfermez l’autre, dans une prison dorée…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le Vernis sage...

Le vernis est sage et docile
Il est d’application facile.
Étalez-le sur quelque couche que ce soit
Que ce soit métal ou bien bois
La brillance sera là.
Si satisfaction vous n’avez pas
N’hésitez pas, ré appliquez une couche seconde.

Le seul inconvénient étant
Lorsque le support est sale ou déjà corrompu.
Que le vernis, se craquelle
Du support se détache
Et par voie de conséquence...



Le dit support retournera inéluctablement
À sa nature première.

Donc mesdames, messieurs et en résumé :
Certes le vernis est sage et docile
Mais méfiez-vous des réactions chimiques
Sur des supports pervertis.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le Miroir...


IL FAUT BRISER LE MIROIR
LA VÉRITÉ EST DERRIÈRE...


http://www.youtube.com/watch?v=rzI3ALq3PBY}

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les monstres domestiques

Pour vos monstres mesdames et messieurs,
je ne saurais trop vous conseiller d’en faire des dossier et de temps à autre, de pratiquer une légère défragmentation.
Si cela ne suffisait pas, supprimez les dits dossiers.
Mais, sachez que quoiqu’il en soit tout reste sur votre disque dur donc…
Tachez de vivre avec eux en bonne intelligence


good trip and enjoye yourself

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

La bouche.


Ah la bouche mesdames et messieurs…

Cet organe essentiel.

Par exemple :

Pour sourire aimablement

Que l’on ouvre

Afin d’y insérer nos aliments.

Afin de les mâcher avec nos dents.


Ah la bouche mesdames et messieurs…
Que l’on ouvre…
Pour communiquer avec nos congénères.
Avec laquelle parfois l’on exagère.
Quelquefois devrait rester fermée car…
L’ingrédient fourni à la mastication…

N'est pas toujours en adéquation

Avec sa digestion...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Dédicace à G-F

Ce lion superbe et généreux
Qui même lion partait à la chasse
Qui d’un instant à l’autre se pouvait faire matou
Qui de ses yeux sereins de loin surveillait tout

Ce lion superbe et généreux
Qui grondait et me rendait heureux
Par ses nuances de nonchalant ténor.

Ce lion superbe et généreux
Qui de la vie m’apprit tant de trésor.
Sans m’indiquer la marche à suivre.
Sans pour cela, faire sonner les cuivres.

Ce lion superbe et généreux
Que je ne pouvais quitter des yeux
S’en ait allé, chasser dans d’autres plaines.
Et je sais, oui je sais…
Qu’une fois fini mon rôle de matou
On se retrouvera dans l’immensité des espaces infinis
Et 1, 2, 3 la chasse recommencera.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Clair obscur

Les lignes sont rien.
Les ombres sont tout.
Les ondes vibratoires…
Faisant émerger la lumière de l’obscurité…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Remède pour les cons.

La nuit est nécessaire pour les cons.
Suivant cette posologie,
La tendance métastatique régresse.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les cons... Battants...

Étant bien connu que le Con bat !

Sa femme de préférence, ou la femme qui lui sert de poupée gonflable.

Et le con étant bas, il l’a bat inexorablement et inlassablement...

Afin de rassurer sa virilité d’homosexuel refoulé...

Ah ! Mesdames et Messieurs ! Si tous les Cons Battants du monde pouvaient se donner la main et se précipiter au très fond de l’Etna en fusion à l’annonce que le match de foot du siècle allait y avoir lieu ?
Savez-vous par ailleurs que cela n’est pas tout à fait improbable ? ! … Des scientifiques de renommée mondiale ont certifiés que d’ici peu, à l’instar de la domestication de l’atome et donc de la création des centrales atomiques. Il serait possible de canaliser la fusion d’un volcan et d’y créer, pour commencer, des terrains de foot ! … Extraordinaire non ?…

Les éclairages y seraient entièrement assurés par la récupération de bulles de lave en fusion.
Vous rendez-vous compte Mesdames et Messieurs ?

Il y aurait les soirs de matches, une atmosphère…

...Chauffée à blanc, si j’ose dire…
Même ce cher monsieur Dante Alighieri qui pourtant était un spécialiste en la matière, n’y aurait pas pensé…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

La lumière et le néant...

Trop de lumière amène au néant…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les Machos.


Je reprendrai aujourd’hui un extrait d’une plaidoirie de Pierre Desproges lors du tribunal des flagrants délires.

Les handicapés moteurs et carrosserie, ont le droit à notre respect, Les aveugles, ont le droit de regard sur les sourds, les sourds ont le droit d’entendre les doléances des muets, les culs de jattes ont le droit de vivre sur un grand pied. S’ils en ont les moyens et comme le disait un certains docteur Tordjman, les manchots eux même, ont le droit de prendre en main leur sexualité.

Et je rajouterais : Après tout, les imbéciles n’ont-ils point le droit de voter ???

Je prendrais donc comme référence ce bon Docteur Tordjman et partirais de son exemple à savoir les manchots et de leur sexualité.
Celui-ci me semble-t-il à fait une légère omission dans ses recherches et constatations.
À savoir qu’il a donc omis de citer les Manchots Machos.
Qui ceux-ci certes, ont aussi le droit de prendre leur sexualité en main mais, il faut bien savoir qu’un Macho, (Manchot ou pas d’ailleurs) préférera et de loin, une franche camaraderie virile, sous les douches d’un vestiaire par exemple, échangeant quelques affectueux propos sur les femmes avec ses congénères.
«Toutes des salopes sauf ma mère !!!»

Et étant curieusement, irrésistiblement attiré par leurs fesses !?... Et quand je parle de fesse, je tiens à préciser tout de même, à toutes fins utiles, au trou qui sert à tout un chacun d’évacuer ses matières fécales.
Curieux tout de même cette affection particulière qu’ont les Machos de préférer cet endroit pour prendre leur pied en y mettant leur queue ?…
Mais…
«Toutes des Salopes sauf ma mère !»

Fascinant aussi le mépris qu’ils peuvent avoir pour les femmes. Mais ils les baisent.
" Et BIEN !" comme ils disent..
«Eh quoi, chu pas un Pédé moi !» «Et par l’cul ! T’aurais vu, comment j’lai défoncé ! Et elle aime ça la salope !!!...»

Mais alors, notre bon Docteur Tordjman aurait-il oublié les homos ?... Je ne pense pas. Et ce serait lui faire injure que de le suggérer. Il y aurait donc :
- Des Manchots,
- Des Machos
- Des Homos.

Les homos, il ne les a pas cité car pour lui, cela était une évidence.
Le seul oubli que l’on puisse lui attribuer, c’est que MACHO et HOMO sont parfois et plus souvent que ce que l’on ne le croit d’ailleurs,
SYNONYME.
Et quand un imbécile de Macho vote, nous pouvons nous attendre au pire, car :
Il vote avec son sexe et non avec son cerveau. Pour la force et la puissance !...

Nous avons pu voir les résultats comme :
Le petit Adolphe Éclair.
Franco ce porc.
Ciao Cescu.
Sale Azar.
Mousse au lit, nie.

Et tant d’autres, mis en place par des Machos, bandants pour une nation forte et éjaculant avec plaisir, essentiellement dans des trous de cul !...

Précision à toutes fins utile. Sachez tout de même que je ne suis homophobe, en aucune façon. Non, Je suis surtout et essentiellement :
MACHOPHOBE et IMBECILCONGENITAUXPHOBE.

Car si je peux encore me permettre cette petite réflexion :

MACHO et IMBÉCILES CONGÉNITAUX


Sont les mamelles nourricières des futurs dictateurs. .


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les sportifs et la mort.

Marchez, marchez randonneurs.
Courrez, courrez footingeurs.
Que la mort ne vous rattrape…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Ça ce bouscule au portillon...


Il n’est pas nécessaire de parler trop fort
Il n’est pas nécessaire de réveiller les morts

Il n’est pas nécessaire de bander trop dur
Pour se fair’passer pour un dur…

Allons soyons civilisé
Ce n’est pas la pein’de crier
Il y en aura pour tout le monde.
Chaqu’jour de nouveaux il en tombe
Laissant la place aux futurs
Acrobates qui se battent

Pour monter sur le fil

Infiniment petit,

La corde raide de la vie.

Entrez les autres

Poussez la porte

Spectacle gratuit


Garanti sans filet.

Tout le mond’l'a souhaité

Vous aussi attendez

De pouvoir y monter ?



Alors soyons civilisés

Pas nécessaire de crier

Ici pas de course au ticket

Ici pas besoin de tricher

Le temps est là

Qui prend son temps


Fait’zen autant.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Des promeneurs et des laisses…

Vous êtes-vous posé la question de savoir pourquoi, les promeneurs accompagnés de leur animal domestique...
Leur chien le plus fréquemment bien sûr. (Quoique j'ai même vu un jour un monsieur tenant son chat en laisse. Oui, oui, je vous l'assure !
Je ne rajoute pas cet exemple à des fins de sensationnalisme.

Et donc pourquoi certains, ne les détachent jamais ?...

Même dans un chemin de campagne, où il n’y a aucun risque que la bébête ne se perde ou se fasse écraser.
Peut-être est-ce une nécessité pour le patron ou patronne, de garder le lien avec l’animal, afin de palier à sa solitude ?
Peut-être aussi que la laisse, et le chien qui tire dessus, leur rappelle qu’ils existent et qu’ils sont en contact avec quelque chose d’animé…
En l’occurrence un animal «Beaucoup plus fiables» que les humains (se plaisent-ils à répéter. )

Ah mesdames et messieurs…
La vie est parfois une longue promenade, se transformant pour certains, en une interminable traversée du désert.

Ceux-là seraient prêts à se sangler à un grain de sable en attendant le prochain zéphyr.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le souffrance et la création

La souffrance engendre la création.
En êtes vous sûr mesdames et messieurs ?
Certes, nous avons des exemples
Van Gogh en est un des plus notable
Mais prenons Molière au hasard.
Il était tout de même ami de louis le quatorzième
Et je doute qu’il souffrit le martyre.




Cela ne l’empêcha pas d’écrire quelques pièces…

Plus que pertinentes et encore actuellement à succès (si je puis me permettre… )



Non mesdames et messieurs…

Je pense surtout que cette image de souffrance a été développée,

Par cette bonne vieille culture judéo chrétienne.

Que cette tendance est plus romantique.

Et que, exalter le culte de l’artiste maudit est très vendeur

Et parfaitement adapté à cette fameuse société.

Eh bien oui, mesdames et messieurs…

De la même manière que le commun des mortels

Se doit, de faire des sacrifices toute sa vie

Quitte à tendre l’autre joue…

Pour accéder au paradis.

L’artiste lui, tendant au divin...

...Doit être mis au pilori.


La souffrance ! La souffrance ! Mesdames et messieurs…

Rien de tel pour générer la création !

Le grand patron est là qui jauge tout

Souffrez, souffrez !

Il est de tous le père.

Souffrez ! Souffrez !

Avec vous-même soyez en guerre…

...Voyez vous bien où je veux en venir ? …





Enfin, moi ce que j'en dis...


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le petit homme gris.

Il était un petit homme gris, qui voulait prendre des couleurs.

Il prit pinceaux et couteaux et voulut faire du beau.

Il ne fît que de l’esthétique.


Jamais plus il ne voulu faire quoique ce soit.

Et de là, naquit la beauté de son geste et la vibration de son âme.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le projectionniste.


Dans ma cabine de projectionniste

Je me passe des films d'or

Heur'après heure,

Des supers productions

En noir et blanc

Et en couleur



Dans ma cabine téléphonique

Je laisse des messages sur mon répondeur.

Qui clignote, clignote

Et me grignote le cerveau.

Ma carte mère cérébro-spinale

Depuis longtemps est partie en spirale

Et va poreuse me raccrochant au nez.

Dans ma régie je me fais des conduites
Des mises en scènes fantasmagoriques
Des pièces qui seront mises en pièces

Qui le jour ne verront jamais.
Dans ma régie, prison obscure
Tous mes potentiomèt’saturent

Dans ma régie enfer dantesque
Je brûle et me consume.
Pauvre phénix qui de mes cendres
Jamais ne renaîtrai
Même si patience j’ai d’attendre
Et change de costume.


Dans la chambre noire de mes nuits instantanées

J’développ’les clichés d'un veilleur d’nuit délavé.

Instantané vieilli

Instantané jauni.

Dans la chambre noire de mes nuits instantanées

La porte à tout jamais aurait dû rester fermée.


Sur mon papier à écrire

Mon encre a coulée, sans s'y poser

Comme un sang coagulé

Trouant la fibre, du poids de ses années.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Dorian.


Transcendantalement parlant
Il n’y a pas grand-chose à dire.
Ses pieds sont restés au sol
Voilà le léger bémol.
Du haut de sa tour de con...
...Trop lent
Se prenant
Pour un géant...

Il voyait un… Des… Corps

En carton patte.

Son trompe l’œil

Bouffi d’orgueil

Un jour de nulle doute

Dégoulina en mille gouttes.

Sa prétention second’nature
Fit tout à coup des craquelures.


Pauvre Dorian reborné
Qui n’a la transcendance
Que celle de ta toile
Ou tu t’es toi même empeloté...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le peintre et la mouche.

Sa palette à la main il se concentrait sur sa toile
Les yeux perdus dans le tissu immaculé.
Quand soudain la mouche passa, grosse et bourdonnante.
L’artiste incontinent, ne vit plus qu’un point noir.
Qui de plus, se posa sur la fibre vierge.
Pris de tremblements et de sueurs froides.
Dans un effort intense se ramassa.

Et d’un geste rageur et précis.
Explosa littéralement l’insecte,
Qui eut juste le temps par simple réflexe
Les yeux exorbités
De battre des ailes
En passant à travers
La texture souillée.

Plus tard en société,
Contant sa mésaventure,
Il appela cela de l’art concret.
Et se dit le seul digne successeur
De la lignée des grands fauves.
Et de rajouter tonitruant,
Vlaminck Pffft ! Ne fût qu’un enfant !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Tragédie abstraite.

I - Moi monsieur je fais de l’abstrait.
II - Oui mais que faites-vous des traits ?
I - Eh bien j’en fait et ils sont parfaits.
II – Tout de même et les portraits ?
I – Mon cher, cela est dépassé.
II – Mais l’expression ? L’expression ?…
I – Essentiellement dans l’abstraction.
II – Et les paysages ?
I – Quoiqu’il en soit, ils sont hors d’usage.
II – Vous ne pouvez tout de même pas…
I – Absolument ! L’abstrait est la vision de ce qui ne se voit pas.
II – Mon cher vous dites n’importe quoi.
I – Voulez-vous monsieur que je vous le fasse toucher des doigts.
II – Ha ! Ha ! Je voudrais bien voir ça.

Là dessus il le prit par le coup et le serra si fort qu’il l’étrangla.


Au dessus de son corps sans vie il ne pu s’empêcher de commenter :

«Toi qui étais si attaché au concret. Eh bien en voilà mon cher. Ha ! Ha ! Ha !

Rassurez-vous cher lecteurs, tous les peintres pratiquant l’abstraction n’ont pas cette propension à éliminer leurs interlocuteurs, dès l’instant qu’ils sont plutôt figuratifs.

Non celui-ci est un mauvais exemple, un cas pathologique, il faut bien le dire.

Mais, il n'est pas nécessaire de se pencher sur la peinture pour pouvoir en rencontrer.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Histoire sans parole.

Aujourd’hui, pas de mot.
Pas dit mot,
Pas dix mots
Pas deux mots
Pas de mot
Pas mot dire
Pas maudire
Pas médire
Le silence et t’endors.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le peintre et la grêle.




Magic ! Tout simplement magistral.

Tonitruait-il face au mistral.

Je te vois, oooh toi souffle !

Je vous sens, oooh vous couleurs !

Je canalise vos vibrations !

Le chef d’œuvre est là !

Au bout de mes doigts !



Quand soudain le ciel

Dans les tons pastels

Se figea.

Et le vent cessa
Et la pluie tomba
Telle une tonne de cailloux
Sur le grand peintr’pas vraiment fou
Prenant ses jambes à son coup
En plus, sur place laissant tout.

Moralité de l’histoire,
Ne faites pas tant d’histoires.
Taisez-vous et agissez
Et si il pleut
Ne fuyez pas affolé.

D’autant plus que si quelqu’un vous a vu.
Si quelqu’un vous a entendu.
Vous allez vous "taper l’affiche."
Ce qui pour un peintre,
Ou celui qui se prétend tel.
Est la pire des choses.
Ne pensez-vous pas ?

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les avis.


Ah, les avis sages
Profondeurs abyssales
Des mots profonds.
Des mots sans nom.
Des gens qui râlent
Des gens tout pâles
Pâles à l’idée de
Deux sens possible
Deux sens tangibles.


Un bon conseil
N’écrivez pas
Ne parlez pas
Peignez plutôt
Diluez vos mots.
Que la fibre vibre
Sous les couleurs vives.

La couleur est céleste
Les mots sont abysse
N’écrivez pas
Ne parlez pas
Peignez plutôt
Cela est bien plus beau.
C’la peut aller très haut.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Etait-ce lui ?






Il était là

Sur la falaise

Surplombant la mer

Le nez dans les étoiles.



Attiré par le bruit d’une vague,

Il baissa les yeux

Pour la voir rouler.

Quand, une météorite

Furieus’ment égarée

Vint sur lui s’écraser.

À bout de bras
Il la souleva
Et la renvoya
Au très loin là bas
Dans une quelconque nébuleuse.


D’aucuns dirent qu’il s’agissait de Sisyphe.
Moi je dirais que si c’est lui,
Il est sacrément balèze le mec.
Et qu’en plus, il a fait des progrès.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Eux...

Ils étaient bien ensemble
Ils étaient beaux tous les deux
Se promenant dans la vie
Insouciants, épanouis.

Leur esprit dans les nuages
Et leur corps dans les parages.

Leur vie était un roman
Dont chaque jour ils écrivaient une page

La fulgurance de leur amour
Au très fond de leur âme avait fait ravage.


Ils étaient beaux tous les deux
Embrasant tout autour d’eux.
Brûlant jour et nuit de mille feux
Le temps, ayant immémorés,
Dansant hors lui et éthérés.

Mais qui sont-ils ? Disait-on là bas
Ces deux êtres n’étant pas au pas.

I – Lui il est.
II – Elle, elle est.
I – Donc ils sont…
II –
UN, je vous le dis.
I – Mais cela ne ce peut !
II – Vous voulez dire que…

I – QUE CELA JE NE VEUX !



Là dessus les spécialistes
Vinrent faire leur tâche.
On n’mèn’pas la vie d’artiste
Parfois, personnes on fâche.

Ils étaient bien ensemble
Ils étaient beaux tous les deux
Se promenant dans la vie
Insouciants, épanouis.
Leur esprit dans les nuages
Et leur corps dans les parages.


Et de leur union
Est né leur voyage éternité…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Dilemme d'artiste.





Ah, si je pouvais écrire comme je peins...



Malheureusement je n'ai plus de matière...

...Afin de donner du relief à mon sujet.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les nuisances



Ah messieurs dames, les nuisances ! ! !

Voilà un vaste sujet ! Car il est vrai qu’il existe d’innombrables nuisances !

- Les nuisances sonores

- Les nuisances odorantes

- Celles des insectes comme les cafards

- Des rongeurs, comme les rats.

Enfin j’en aurai tout un panégyrique qui n’en finirait plus si je me laissais aller.


Donc j’abrègerai ici et me fixerai sur la nuisance humaine.

Qui malheureusement me parait elle, bien plus terrifiante que toutes les autres. Surtout lorsqu’elle est mue par une jalousie et une bêtise incommensurable.


Effectivement, il n’y a pas plus nuisible que le tandem jalousie, bêtise.
Cette entité car, ça en devient une, peut déclencher des avalanches de méchanceté, des ouragans de mauvaise foi, et même le saviez-vous ? Avec de la bonne foi (la bêtise), entraîner des cataclysmes irréparables !


Oui Mesdames et Messieurs, je n’irai pas par quatre chemins et j’oserai affirmer qu’effectivement, la bêtise est le pire fléau qui puisse exister sur notre bonne vieille planète. À l’instar des vers de terre, elle finit tôt ou tard à avoir raison des plus coriaces.


L’être humain étant tellement imbu de sa propre personne, s’étant dégagé de l’espèce animale, qu’il est inéluctablement persuadé que tout autre spécimen de son espèce n’est qu’un sombre imbécile patenté. À part dans les cas où on a imprimé dans son cerveau par quelques références d’intelligences que ce soit, que l’autre était très intelligent. Dans ces cas-là, il réagit (bizarrement d’ailleurs), de manière animale un peu comme un chien vaincu mettant ses pattes en l’air, prêt à se laisser uriner dessus par son adversaire.


Mais cela n’est qu’un cas d’espèce, si j’ose m’exprimer ainsi car, et vous connaissez aussi bien que moi cette charmante expression :
Imbécile heureux !


Eh bien Mesdames et Messieurs si tous les imbéciles étaient simples et heureux, je vous garantis sans trop m’avancer qu’il y aurait beaucoup moins de nuisance de la part de l’espèce humaine.

Non, les pires sont les Imbéciles malheureux car ceux-là ne supportent pas le bonheur des autres et par conséquent, font tout pour le gâcher, l’empêcher.

Par tous les moyens.


Ils développent curieusement d’ailleurs, une ingéniosité surprenante. Ce sont de véritables vampires, ils se nourrissent du malheur des autre ! Ces êtres gluants, se déplaçant telles des tâches d’huile. Ce sont des "glissants" J’insiste bien sur le mot mesdames et messieurs : "Glissants" et non "Rampant", oui les "Rampants" étant eux, beaucoup moins dangereux car, identifiables et identifiés. Tandis que le "Glissant" lui, passe complètement inaperçu à un œil non averti.


Ce sont des êtres impalpables, inodore, incolore, d’une extrême patience. Ils peuvent attendre des semaines, des mois, voire des années, pour se nourrir du bonheur de leur proie. Et parfois à l’instar des vampires, une fois chose faite la victime peut devenir «glissant» à son tour !

Tout le monde connaît la vieille légende sur les vampires et les divers moyens de s’en débarrasser à savoir : l’ail ou bien leur planter un pieu dans le cœur.

Eh bien pour les imbéciles malheureux la sciure est un très bon moyen ! Oui la manœuvre consiste à : lorsque l’on a détecté un «glissant» dans le coin, de lui jeter dessus, de la sciure.


Celle-ci l’absorbe et il disparaît à jamais ! …

Oui, pour tout vous dire… Je suis chasseur de «glissant» depuis des années maintenant. Pour des raisons qui me sont toutes personnelles.


Je ne saurai donc trop vous conseiller mesdames et messieurs et en particulier ceux qui sont heureux, à partir de d’ores et déjà, une extrême attention quant à votre entourage et de ne jamais vous déplacer sans un sac… D’un kilo de sciure. Oui c’est suffisant.


Petite info pratique. Lorsque l’on parsème la sciure sur le «glissant», dans un premier temps s’élève une légère fumée, une odeur nauséabonde puis très vite, la fumée se dissipe et laisse apparaître une espèce de vomissure. C’est le "Glissant".

À ce moment-là vous pouvez vous dire que vous l’avez neutralisé à jamais.



À vous de jouer, bonne chance et soyez heureux !


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Dialogue sur les nuisances
1ere prise.







Ness - La nuisance était là

Blad’soudain arriva

Sa sciur’sous le bras

Et sur ell’la jeta

Qui du coup très fort pua.


Eliott - Putain c’est pas terrible


Ness - Ouais mais faut’qu’ça rime. Alors fait pas chier ok? !


Eliott - Ok vaz’y. C’est bon, t’énerv’pas comm’ass ? !


Ness - Putain voilà, j’ai perdu l’inspiration.


Eliott - Mais…

Nes -Ta gueule, j'pense. … Ça y est, j’y suis !

Qui du coup très fort pua

Sur un air d'la traviata.


Eliott - Heueueu… Excus’mais chais pas c’est qui cet’meuf.


Ness - Moi non plus mais ça rime… J’ai trouvé comm’ça à l’arrach…


Eliott - Putain génial ! … Trop fort…

Ness - Ouais et puis Blade, j’pense que c’t’une bonne idée.


Eliott - C’est quoi son blaze déjà ?


Ness- Wesley Snipe.


Eliott - Ah ouais c’est ça, y déchir’le mec !


Ness- Alors j’te dis pas… Avec le sac d’sciure.


Eliott- Eh ouais ! ! ! Zy’va c’est’l’chasseur d’nuisances l’mec. Bon allez j’t’offrune bière on… Enfin t'as assez travaillé.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader


Dialogue sur les nuisances
2eme prise.


Eliott - Tu crois qu’on peut s'la refaire ?


Ness – Ouais, le tout c’est d‘y mettre autant d’intention qu'la premièr'fois


Eliott – Ouais, c’est vrai t’as raison Ness.


Ness – Bon allez j'la r'fais


Eliott – Yes vas-y mec !


Ness - La nuisance était là

Blad’soudain arriva

Sa sciur’sous le bras

Et sur ell’la jeta

Qui du coup très fort pua.


Eliott Putain tu veux qu’j’te dise

Ness – Quoi putain, tu m’déconcentres.


Eliott – Non mec, c’que j’voulais dir…


Ness – Quoi ?


Eliott – T’es encor’meilleur qu’la premièr’fois.


Ness – Ouais mais là y faut pas qu’tu l’dises abruti !


Eliott – Mais zy-vas pourtant…


Ness – T’as pas compris, ta répliqu’c’est : "Putain c’est pas terrible."


Eliott – Ah ouais c’est vrai !


Ness – Alors vas-y.


Eliott – Allez j’y vais. Mais j’le crois pas t’sais.


Ness - Putain mais j’men tape, vas-y, on va pas y passer la nuit.


Eliott – Ok, ok : - "Putain c’est pas terrible"


Ness - Ouais mais faut’qu’ça rime. Alors fait pas chier ok?!


Eliott - Ok vaz’y. C’est bon, t’énerv’pas comm’ass ?! C’était ça hein ?


Ness - Putain voilà, j’ai perdu l’inspiration.


Eliott - Mais…

Ness -Ta gueule ! (Je continue là.) je pense. … Ça y est, j’y suis !


Qui du coup très fort pua sur un air de la traviata.


Eliott – Heueueu… Chais plus c’est quoi j’disais…


Ness - Excus’mais !…


Eliott – Ah ouais ! Excus’mais chais pas c’est qui cet’meuf.

Ouais c’est ça c’est bon, zy-vas, chu bien là !


Ness - Moi non plus mais ça rime… J’ai trouvé comme ça à l’arrach…


Eliott - Putain génial !… T’es trop fort !…


Ness - Ouais et puis Blade, je pense que c’est une bonne idée, c'est ce que je t'ai dit.


Eliott – Yes ça y est chu à fond.

Et moi j’te réponds avec un air interrogatif là : "C’est quoi son bLaz’déjà ?"


Ness - Wesley Snipe.


Eliott - Ah ouais c’est ça, y déchir’l’keum ! (En plus c’est vrai. Sa race ! j’lai vu dans… Ben... Blade just’ment… Comm’y t’les décapit’les vampires.


Ness - Alors j’te dis pas… Avec le sac de sciure .


Eliott - Eh ouais !!! Zy’va c’est’l’chasseur d’nuisances l’lascard.

Bon allez j’t’offrune bière on… Enfin tu as assez travaillé. Mais moi aussi cett’fois parcqu’pour mett’le ton comm’y mettent au cinéma là, c’est pas facile.

...Hé Ness ?...


Ness – Quoi ?


Eliott – On pourrait s’inscrire dans les castings tu crois pas ? Putain on est bon non ?…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Dédicace à messieurs Seurat et Signac.

Ils sont venus, ils sont tous là

Pour l’occasion qu’est celle-là

On va voter pour le bel art.

Ça va changer pour une fois

Le digital enfin est là.

Elle peut mourir la mama.



Plus besoin d’ell’pixels on a.




Et pourtant, si Signac était là ?

Si Van gogh, Matisse et tant d’autres,

Chevalet sous le bras,

Boîte à couleurs à la main,

Partant tous, de bon matin

En quête de la lumière,

De la vérité première,

Tous de la mama apôtres

Échangeant passionnément,

Sans quelque notion de temps

Ni celui d’aboutissement.

Partant que rien n’ai jamais parfait,

Que tout peut être amélioré

Sans quelque notion de copie.

S’inspirant les uns des autres

Jamais cloîtrés derrière leurs portes.



Il n’y avait pas

À cett’époqu’là

D’écran sournois

Devant lesquels se développent toutes les problématiques hautement intellectuelles des adeptes de la masturbation cérébrale.

Et de la pratique de l’éjaculation précoce sur un clavier d’ordinateur.




Après on s’étonnera que les machines aient des bogs.


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnRassurez vous monsieur Signac, La mama jamais ne mourra.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Accouchement...


Allez-y madame poussez
Mettez’y d’la bonn’volonté.
Entre nous, vous l’avez voulu
March’arrièr’vous ne pouvez plus.
Allez-y madame poussez,

Monsieur venez l’encourager.


Pousse, pousse ma chérie
Que l’on voit ce tout petit !
Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaiii!
Nnnnnnaaaa ! Nnnnnnaaaa !


Voilà madame, je le tiens.
Apparemment c’est un coquin,

Il me filait entre les mains
Tenez madam’prenez-en soin

Mais avant tout je vous préviens,

Tenez vous bien…
C’est un quatrain.


Mon dieu docteur comment j’ai fait ?
Mon dieu chérie comme il est laid !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Qui saura Seurat.

La peinture ah la peinture !
Lorsqu’elle en est, bien entendu.
Lorsque cela reste un art vivant j’allais dire
Oui, vivant (si je puis me permettre de le qualifier ainsi.) dans le sens ou les matières premières le sont (vivantes).
Et continuent à vivre malgré l’âge.

Prenant en compte que ces matières vivantes sont assemblées, traitées par un être humain. Qui avec un peu de talent, beaucoup de travail et surtout énormément d'humilité, peut tendre au miracle de, ce qui est communément qualifié d’œuvre d’art.

Nous savons que la technologie aujourd’hui fait "des miracles" mais jamais, jamais, aussi (trompe l’œil si l'on puis dire.) qu’elle pourra l'être, elle ne pourra atteindre les sommets d’une peinture animée, déjà intérieurement par la vibration du corps de l’être humain qui l’aura faite.
Cette vibration se retranscrivant au bout de son pinceau, de son couteau.

Le fond même de l’œuvre d’art, c’est par essence son imperfection.

Tout simplement parce que l’artiste lui même, ne sera jamais, jamais parfait.

Et les vrais artistes le savent et donc restent humbles et continuent insatisfaits à courir toute leur vie, après cette perfection inatteignable.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Causerie au coin du feu



Nous ne sommes pas venus sur terre pour mourir
Nous sommes venus sur terre pour la nourrir !
Nous sommes les verts de terre
Les échos logiques
De la protestation unie vers icelle.
Notre univers est grain de terre
Notre univers va vers poussière.

Rien ne s’élève

Rien ne s’élèvera jamais

Plus jamais...

Notre soleil est vert

Nos pluies sont d’acides

Vert de gris compromissions.

Nous secrétons du pesticide

Logique pour nous les vers.

L’écho logis... tique

Face au scientifique


Mais vert de gris compromission…
Gazon oblige
Terrain de golf… Et pot !


Venez donc prendre un drink mon cher !
Avez-vous déjà débattu sur...
L’abstraction métaphysique
De la formule scientifique.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L'oubli...

On nous rabat les oreilles avec Alzheimer.

Mesdames et messieurs.

Si j'ai un conseil vous donner :

Oubliez tout ça ...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Dédicace a I-G


Nous allons faire maintenant un petit exercice de style à partir de l’alphabet si vous le voulez bien. Et trouver des correspondances aux lettres.


A : Comme Amour, ça commence bien n’est-ce pas ?
B : Comme Bonheur. J’allais dire, ça va de soi.
C : Comme Craquant ou Croustillant, ou les deux à la fois
D : Comme Démesure.
E : Comme Extase.
F : Comme Feu, qui brûle de l’intérieur

G : Comme Gâteau que l’on mange comme un enfant.
H : Comme Hurlements de méchants qui ne supportent pas la vue des gens qui s’aiment.
I : Comme Insouciance.
J : Comme Je t’aime jusqu’à la fin des temps ! Jamais rien ne pourra nous séparer.
K : Comme Kamikazes de la vie.
L : Comme Laisse-moi bercer tes rêves.
M : Comme Mon amour, mon souffle de vie.
N : Comme Nirvana
O : Comme Obsession
P : Comme Partage

Q : Comme Quintessence de l’amour avec un grand A

R : Comme Revivre. Par voix de conséquence.
S : Comme Sourire tu es ma complice.
T : Comme Tourbillon qui est le notre.
U : Comme Unique à jamais.
V : Comme Vie avec toi.
W : Comme who is the best of the beasts ?
X : Comme Xa te plaise ou pas.
Y : Comme Yen a encore.
Z : Comme Zai bu, zai plus soif ?…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le comédien abstrait

I – Moi je voulais faire les beaux arts…

II – Et ?…

I – J’ai fini au conservatoire d’art dramatique.

II – Et pourquoi pas les beaux arts ?

I – Trop de drogués a-t-on dit à mon père.

II – Notez qu’au théâtre et au cinéma, si je ne m’abuse…

I – Énormément.

II – Et donc vous avez…

I – Pas vraiment.

II – Allez, nous sommes entre nous.

I – Cher ami, j’ai eu la chance, ou la malchance, je ne saurais dire, de petit être tombé dedans.

II – Comment ça ?…

I – La chance c’est que je n’ai besoin d’aucune substance pour être dans un certain état et la malchance, si je puis dire, c’est que cela est pratiquement constant.

II – Mais c’est magnifique !

I – Pas pour les autres.

II – Comment ça ?

I – À leur descente, moi je suis toujours perché.

II - Mais c’est magnifique !

I – Permettez-moi mon cher de vous dire, que vous vous répétez.

II – Si je pouvais…

I – Je ne vous le souhaite pas.


II – Mais pourquoi ça.

I – Parce que tout simplement, à force d’être perché, on ne sait plus sur quelle branche, de quel arbre, en quel endroit. Et par voie de conséquence, on en devient abstrait.

II – Abstrait ?…

I – Oui, c’est à dire, difficile à comprendre, à se comprendre même, par manque de référence à la réalité concrète.

II – C’est effectivement difficile à comprendre.

I – Ah vous voyez ?

II – Ben non justement.

I – Ça y est, vous y êtes.

II – Mais où ça ?

I – Ailleurs monsieur, ailleurs.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Dédicace à Vincent Van Gogh

Le pinceau c’est bien
Le couteau c’est mieux
La sensation est meilleure
Surtout lorsque l’artiste a faim…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L'artiste au bord de l'eau

Le nez dans les étoiles,
Les pieds dans l’eau
Il pensait à sa toile
Pensait de trop
Parasité par ses pensées
De vouloir que tout soit parfait,
Paralysé par la beauté
Impossible à retranscrire
Sur la fibre immaculée.


Pris de bâillements, s’étire
Et dans l’eau l’voilà tombé.
Se débattant désespérément,
La situation empire.
Et le voilà se noyant,
Sous les étoil’scintillants.

Moralité :


Les artistes ne devraient pas trop penser
Les bâillements étant toujours aux aguets…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Être ou ne pas…

Je
Je suis
Suis enfer
Suis paradis


L’univers, l'infini… Ment grand !
L'infini… Ment petit !


Vautour, troglodyte

Je suis champ de bataille

Dévasté par la haine.

Je

Je suis

Suis l'homme avorton

Suis femme avortée

Pillage éternel

Pilleur de beauté


Je

Je suis

L'ombre

La lumière

L'éther et mon espace

Mes visions me glacent

Mes visions me brûlent




Je

Je suis

La chouette

Gardienne de la nuit

Gardienne de tes nuits

Gardienne de nos rêves


Mes yeux grands ouverts

Sont les témoins de mes fantasmes

Atrocement réels

Je
Je suis
Les enfants souillés
Les hommes entravés
Les femmes humiliées

Je
Je suis
Suis le cri de la nuit
Suis le cri du brouillard

Je
Je suis un
Je suis tout




Suis l'amour

Qui s'engouffre dans le néant
L'enlace éternellement


Et engendre son enfant.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les arnaques...

Ah mesdames et messieurs les arnaques.
Arnaqueurs de tout poil qui vous attaquent.
Arnaqueurs à poil long,
Arnaqueurs à poil court,
Avec des bouclettes,
Ceux aux cheveux lisses

Ceux qui vous font les pantalons,
Ceux qui d’abord vous font la cour,
Ceux qui d’un coup de soufflette
Ceux qui ne laissent aucune trace.
Ceux qui via internet
Pensent tout se permettre.
Les traders de la paye pâle
Ceux qui de la couleur de l’argent
Ne font jamais renifler l’odeur.

Ils sont là, doigts tendus sur leur clavier
Là, sans arrêt en train de prospecter.
Passant d’un site à l’autre
Dans leur univers glauque.

Les yeux rivés sur leur écran
À la fortun’sans dout’rêvant ?
Joueurs de poker dérisoires
Espérant la main pour la gloire,
Passant de table en table
Pour finir lamentables.
On les reconnaît top ou tard
À cause de leur teint blafard.
Vérolés qu’ils sont par trojan et consorts.

Si vous croisez mesdames et messieurs
Ce genre d’engeance,
Passez immédiatement l’info
Qu’il s’agit réellement d’un faux.
D’un vrai faux... Vérolé.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

La colère & l'infini...

Un coup de colère est salutaire
Oui, oui ! Au lieu de toujours se taire.
Se taire trop souvent
Tout étant mécontent
Engendre mêm’des maladies.
Assurément je vous le dit
Gueulez, gueulez mes amis.
Ayez un coup d’revenez-y,
Déroulez vos bandelettes
Allez fair’des galipettes.
Criez, criez à tue-tête.

Que vos voix à l’infini résonnent
Soyez orage et que cela tonne.
Le dôme de verre explosera.
Car l’infini ment mes amis
Mis là Si Do Ré !
Mi Fa talement insondable !
Et pourtant si tangible
Si l’on efface la craie
Sur l’ardoise de notre vie…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sous ma boîte crânienne


Sous ma boîte crânienne
Mes impulsions ces chiennes
Me trompent avec mes neurones
M’électrochoqu’à cœur joie
Joie de vivre cellulaire
Adepte de l’adultère.
Mes impulsions reviennent
Et mes neurones s’en vont
Pour se vautrer avec ces chiennes,
Dans une tempête corticale
Dont malheureusement de la beauté
Suis irrémédiablement écarté.

Après la fête, luxure cérébrale,
Mes neurones restants, gueules de bois.
Et mes impulsions dans le froid.
Sous ma boîte crânienne,
Boîte de pandore fracturée
Mon cerveau peu à peu,
Se dilue vers l’abstrait.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Elle


Elle
Ses yeux

Elle
Ses mains

Elle
Sa bouche

Elle
Sa poitrine
Son corps
Ses hanches

Ses yeux scintillants comme des astres
Ses yeux ardents comme la braise
Ses yeux d’enfant émerveillé

Ses mains ballerines pirouettant
Ses mains dansant au rythme d’une mélopée imaginaire
Mélopée imaginée pour elles

Sa bouche rouge vermeille
Sa bouche myrtille

Sa poitrine vibrante
Ses seins provocateurs

Son corps ondulant
Ses hanches insolentes

Fraîche et insouciante

Elle

L’était aux temps passés.
Mais le temps est passé
Et en a profité
Plus qu’elle ne pouvait l’imaginer.


Pensant naïvement
Pouvoir tout contrôler.
Mais il en a fait tant et tant
Le temps
Avec elle,
Qu’elle ne l’est plus
Insouciante et belle.


La tristesse du regard
Ailleurs, ou sur le départ.
Les nuages noirs de la vie
Sous ses yeux se sont couchés.
Sa bouche boude
Sous son tube de rouge
Toujours à porté.

Ses mains sont muettes,

Ou répètent

Des gestes appris

Cent fois utilisés.

À midi ou à minuit

Ou préparant à midi

Le minuit qui suit.

Ses hanches jouent Il le faut bien.


Toujours belle

Mais par défaut.




Plus grand chose en magasin…

Ou rangé avec grand soin,

Et fermé à mille tours

Au fond de son arrièr’boutique.

Attendant qui sait ? Le jour…

Démaquillée et magnifique,

L’esprit serein et l’âme en paix,

N’ayant plus besoin de jouer,

Pouvant partir se promener.


En attendant, soigneusement

À son miroir amant, le temps.

Tout les matins elle sourit.

De peur que, de tempérament violent.

Il ne la punisse fort, sur le champ.


Certes oui ! Belle.

Mais par défaut

Et une’vitrin’pour les badauds...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le petit oiseau

Il passait petit oiseau.
Il passait au bord de l'eau.
Sifflotant pour les poissons.
L'imitant de là, du fond.
Bondissant tels des chevaux.
Bondissant dehors de l'eau.
Saluant de la nageoire
Le chant de l'oiseau migratoire.

Petit oiseau
Au bord de l’eau
Sifflotant gaiement
La houle narguant
Les poissons hélant.
Un hippocampe apparu
L’oiseau se dit, qui l’eut cru ???...
(à suivre)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le temps

Le temps, le temps
Le temps et rien d'autre
Le tien, le mien
Celui qu'on veut notre
(Comme le dit notre ami Aznavour.)

Moi je dirais plutôt, que déjà...

Je n’ai nulle intention de le faire mien.


Que même si un jour inévitablement
Le temps nous rattrapera
En attendant je lui danse dessus
Je m'offre ses putes (les heures.) gratos.

Car avec moi, elles le passe… Le temps
Car le temps est un proxo
Et comme il aurait pu le dire à la place de Bashung
«Ma p’tit’entreprise, connaît pas la crise.»
Et il ne lésine pas sur les moyens


LE TEMPS…

Des petites (les secondes.)
Aux plus âgées, (les années.)
En passant par les mois.
Il en a pour tous les goûts
Son fond d’commerce est illimité.


Même dans la souffrance il a ses tapineuses
«Tu montes chéri ? Ça va passer»
La mort sa musaraigne…
Est là, cachée, aux aguets.
Esquissant son pas de danse macabre
Chaque fois qu’un tapin fait monter.


Les horodateurs...
Sont là pour contrôler.
Tout doit être bien fractionner
Pour la personne qui a payé.
L’heure c’est l’heure…
Elles ne doiv’pas l’oublier
Les secondes, les heures, les années.
Sous peine d’être châtiées.


Le temps est là pour tout le monde.
Surtout pour ses employés
Le seul moyen contre le tic tac.
C’est de devenir sourd.


Créer une symphonie,
Ludwig l’avait compris…
Si forte et si puissante
Qu’il ne pourra s’empêcher
De se mettre à danser
Avec la mort son ombre...

Et vous en serez débarrassé.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L’œuvre & l'artiste

Une œuvre ne doit pas vouloir être faite.
Elle échappera à l’artiste, si artiste il y a…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Gelsominetta

Elle, Ses yeux étoiles
Éclairant la piste de sa vie.
Tournoyant dans le vide
Trapéziste magique de l'infini.

Elle
Clown vibrant
De rires et de pleurs.
Titubant dans la foule
Trébuchant sur la houle
Des mots proférés.

Elle
Et son gros nez rouge
Assorti à sa bouche.
Que personne ne bouge !
Regardez mon visage !
Je vous prends en otage.

Elle
Yoyo illusoire de vilaines mains.
Yoyo aux fils imaginaires.

Elle
La femme dans son essence
La bouche qui crie la vie.
Les yeux qui trient.
Les mains qui nient.
Dans le silence de la nuit.
Les oreilles stéréophonie.


Toi
Clown céleste.
Par delà les rires
Au-delà du pire.
Demain tu riras.
Et l'écho ira
Briser les murs
De l'ignominie.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Ah les artistes !!!...

Les Artistes. Ah les artistes mesdames et messieurs.


Ceux qui avec l’écharpe blanche,
Ceux qui bardés de nonchalance
Ceux qui pratiquent la sémantique
Ceux qui soutiennent être authentiques
ceux qui, nuées de vernissages
Ceux qui dans un discret tapage
Ceux qui petits fours à la main
Ceux qui alcooliques mondains
Ceux qui dans un ballet presque parfait

Ceux qui Channel
Ceux qui Guerlain
Ceux qui Dior
Ceux qui Boss
Ceux qui Paco rabanne
Ceux qui Estée Lauder
Ceux qui Thierry Mugler
Ceux qui Jean-Paul Gaultier
Ceux qui Sisley
Ceux qui Reminiscence
De ces odeurs entêtés,
Rentrent chez eux, dans un placard à ballet,
Rangeant costum’pour la prochaine soirée…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Quotidienneté

Avant un film je matais
Je rime plutôt désormais
Rime riche,
Rime pauvre,
Certains se servent de leur nez,
D'autres ont besoin de s'enfumer.
Mes narines étant sensibles
Et mes poumons susceptibles,
Mon esprit très volatile
Mon être étant abstrait.
Je rim'à mort
Je rim'ma vie
Avant un film je matais
Je le vis plutôt désormais.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Les miroirs.



Ah les miroirs mesdames & messieurs...


Les miroirs sont menteurs

J’irais même jusqu’à dire que certains sont mythomanes.

L’on se regarde le matin,

Le soir, voire l’après midi…

Et l’on se fait des têtes de…

Circonstances aggravantes…

Circonstances atténuantes…


Des têtes en l’air

Des têtes de pioche

Certains même inconsciemment, se font des têtes à claque…

Oui particulièrement, les catholiques pratiquants…




Oui mesdames et messieurs…


Les miroirs sont le prolongement mental de nos traités intimes.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le peintre & sa toile










Son couteau à la main,

Rageusement la toil’il torturait.

À jeun depuis matin,

Rien ni personn’n’laurait déconcentré.

Quand soudain un vol d’oiseau passa

Qui dans son élan le contraria.

Levant la tête vers le bruissement d’ailes,

Ne put s’empêcher d’trouver l’échappée belle


Plus de couteau,
Plus de tableau,
Rien que du beau.
Qu’un frémissement bariolé,
Arc en ciel vibrant de musicalité

Qu'aucun peintre ne put imaginé.
Tombant soudain genoux à terre,
La nuque nettement moins fière,
Il se mit à pleurer à chaudes larmes
Se disant que jamais, au grand jamais,
Pareil chef d’œuvre ré existerait.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L'envolée


Tu étais là, je te voyais.
Tu t'es posée
Je t'ai regardé
L'envolée fut belle
Mais aussitôt foudroyée
Et de là haut sommes tombés.


Brûlons, consumons-nous.
Nous renaîtrons de nos cendres
Et nous retrouverons, pour recommencer.
Dans un espace sans limite…
À des hauteurs inaccessibles
Aux abjections de ce monde.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Allons ma belle

Allons ma belle
Ouvre tes ailes.
Que les balbutiements
De tes états d’enfant


Résonnent à nouveau en toi
Et irradient ton visage,
Illuminent tes yeux,


Chatouillant ta bouche
Qui irrésistiblement rira aux éclats.


De tout, de tous amuse-toi.
Cela l’ardeur te donnera,


De t'élever au dessus de la fange

De cette misère que chaque jour ils mangent.


Allons ma belle
Déploie tes ailes

l’univers est là,
Il est un.
Tu es une.

Un et un ne font pas deux.

L’infini c’est cela


Et c’est ce que nous sommes…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

La Bête

La lumière s'en est allée.

Et la nuit s’est installée.

Nous vivons l’apocalypse.

Les chevaliers sont là, tapis dans l’ombre.

Les charognards rôdent autour des cadavres décharnés.

Des pluies acides brûlent ce qu'il reste des semblants de paysages.

Hurlements, bouches grandes béantes

Vomissant leur ire inextinguible .

Chevauchées abominablement fantastique.

Écumes torturant la bête épuisée

Se traînant dans la fange mortelle.

L’amenant vers un apaisement éternel.

Mais non, rien à faire.

Elle se relève, se relève

Et encore et encore.

C'est un monstre, une bête de guerre.

Même sans armure elle se bat.

Elle charge, elle chevauche et chevauchera.

Jusqu'à ne plus en pouvoir tenir sur ses sabots.

Et même à ce moment là elle poussera un dernier

Hennissement pour se prouver qu'elle est encore vivante.

Jamais elle ne mourra.

Car son cri retentira.

Dans l'espace, dans le noir.

Dans le noir qui n’existe.

Car le noir est clarté.

La clarté qui est vide.

La clarté transparence.

Et donc éternité…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L'artisan

Un jour l’artisan sera fatigué
Le jour viendra, ses doigts seront usés
À force de répéter
Des gestes pour recréer.
Jamais artist’le mot n’a accepté
Pourtant toujours il s’est amusé.
Toujours cela il fit pour autrui
Cependant pas toujours très adroit
Résultat il en payait le prix.


Des années lui faudront encore
Pour sculpter sa matière
La polir toute entière.
Des années, des années encore
Pour essayer de parfaire
Ce qu’il n’pourra jamais faire…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Je...

Je suis le tout
Je suis le rien
Je suis l'engeance du néant
Je suis la cellule implosée
La formule chimique improbable
L'équation insoluble
La question à toutes les réponses
L'illusion parfaite
La note qui n'existe pas
Le verbe non exprimé

Je suis le cri muet


Je suis la larme stalagmite
La désespérance stalactite
Le credo sans accord
Le bras tendu
La main coupée
Je suis le zoom avorté
L'objectif obstrué
Je suis le quatrième mur
Et mon théâtre est cerné.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Nuits blanches

Dans les nuits blanches de mon coma artificiel
Je déambule dans les padures hantés par les strigoï.

Dans les nuits blanches de mon coma artificiel
Mon royaume n’est ni terre ni ciel.
L’apesanteur est mon état



Dans les nuits blanches de mon coma artificiel
Pour m’éclairer, ma chouette est là.

Dans le néant depuis bien longtemps ai plongé.
Et par ce grand saut l’autre côté ai rencontré.


Ici, tout n’est plus…
Ici, même rien ne l’est pas…
Un espace infini illuminé pas ses grands yeux…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Proverbe I.

« UN TIENS VAUT MIEUX QUE DEUX TU L’AURAS. »

À priori cette phrase est pleine de bon sens, mais si l’on y réfléchi quelque peu…
Le
«TIENS» que l’on vous propose, n’est pas forcément de qualité ou à votre goût ?…
Alors que le :
«TU L’AURAS» pourrait s’avérer beaucoup plus alléchant. Toute la problématique réside là-dedans.

À SAVOIR QUE :

Le... «TU L’AURAS» est souvent plus attirant que le… «TIENS.»

Donc résultat des courses, la plupart des gens attendent le «TU L’AURAS» et c’est ainsi que l’on fait avancer les masses.

Avec du «TU L’AURAS.»
Dans le «TU L’AURAS !» il y a quelque chose de fantasmatique. Donc de forcément plus GRAND que le… «TIENS.»
Le «TIENS !» est trop facile. Et l’humain a toujours été attiré par le mystère.

Mystère qui est en quelque sorte, inscrit dans le «TU L’AURAS.»
D’autre part, dans ce dernier est sous tendu la notion de récompense. Très important ça…
Dès l’enfance l’humain est mû par cette notion. La notion de récompense.
«Si tu es sage tu auras un bonbon ou un gâteau...»

Sans compter le fait que toute personne un peu réfléchie, à la proposition «Tiens !» va immédiatement se poser la question : Mais pourquoi il ou elle me donne ?...
Qu’est-ce qu’il ou elle attend en échange. Eh oui ! Quitte à passer pour un dangereux paranoïaque, il y a fort longtemps que...

le «TIENS» ne TIENT plus tout seul si je puis me permettre.

TANDIS QUE :

Le «TU L’AURAS.» est une promesse qui elle, par contre, tient la route depuis des siècles et des siècles.

Ne serait-ce que... Au hasard d'un exemple tout simple :

«TU L’AURAS LE PARADIS !»
Hein ??? C’est pas du costaud ça ???... Je pense qu’on n'a jamais fait mieux.

Pour rigoler, un autre exemple mais cette fois avec le
«TIENS !» :


«TIENS, PRENDS LA POMME.»

Peut-être ?… Je ne sais pas... Je ne suis pas un spécialiste mais, peut-être y a-t’il dans l’inconscient collectif cette défiance par rapport au : «TIENS !»

Sans compter qu’accepter le «TIENS» implique des responsabilités auxquelles on doit faire face.

Hors justement… Au plus l’humanité avance et au moins l’être humain ne veut en assumer, des responsabilités.

Ce qui nous ramène à notre proverbe, qui une fois de plus est une phrase toute faite, par un de ces nombreux génies de salons, bien au chaud dans leurs dogmes.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Proverbe II.

Tout le monde connaît ce vieux proverbe:

«Il vaut mieux être seul que mal accompagné»

Certes ! ! ! … À cette nuance près que l'on ne l’est jamais.

...Seul...


Ben oui, nos souvenirs nous accompagnent.

Il arrive même qu’ils se matérialisent en fantômes, devenant même des hantises.

Mais m’objecterez-vous, vous devez bien avoir de bons souvenirs ?
Bien sûr, mais il se trouve que lorsqu’ils viennent à nous, les mauvais montent à la charge et nous envahissent…
D’autant plus facilement que nous faisons des efforts désespérés pour nous rappeler des bons.

Moralité :

je ne sais quel est le sombre abruti qui a, un de ces jours où les humanoïdes pensent avoir du génie, balancé sa phrase certainement devant un ou une autre humanoïde, voire plusieurs.

Et ces derniers opinant du chef avec un air entendu.

Toujours est-il qu’à ce moment précis il ne l’était pas…

Seul…

Et que de plus, pour la balancer, sa fameuse phrase, il fallait qu’il en ait des mauvais souvenirs…

Donc et pour la faire courte, non seulement c’était un grand malheureux, mais de plus, doublé d’un imbécile, imbu de sa personne.

Mais cela n'engage que moi "Nessuno" bien entendu...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Au delà...

Au d’là des profondeurs abyssales
Je suis et plus personne ne parle.


Autrefois bacchanales

Aujourd’hui cathédrale...


Le doigt pointé vers le haut
Cherchant Michel Angelo
Dérisoir’peintre clodo


Je flotte.

Même les poissons
Autour des galions
Ne font pas leur ronde.
Il est trop profond...


Ce fond.


Au fond...
Je flotte...

Seul...
Cellulaire...
Bio aquatique...
Très pacifique.


Si profond ce fond
Mêm’pas de houle
Un espace infini...
Ni de bas ni de haut.


Je suis là d’où je viens
Je suis ce que je suis...

Un amas d’eau...

Décoré d’peau.



///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Petite blague






Si vous parlez et sentez qu’à un certain moment vous n’avez plus d’écoute...

...Ne vous en offusquez pas.

Continuez jusqu’au moment où, vous vous entendrez…

Avec vous-même ?

Cela je ne puis le garantir ?

La contradiction étant l'essence même de l'être humain…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Je pense donc...

Il vaut mieux être traité de parfait imbécile que d’individu très intelligent.
Cela laisse plus de marge de manœuvre.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Ma tête...


Ah ma tête, ma tête ! Comment fais-tu ?
Pour supporter ce bruit.
Couper le son, je ne le puis.
À la folie cela conduit.

Doucement, sûrement, insidieusement.
Mes tympans, instrumentistes infatigables...

Ne lâchent pas la note
Et chaqu’jour développent...

Croches et doubles croches

Qui à mes neurones s’accrochent

Ah ma tête, ma tête ! Comment fais-tu ?
Pour supporter ce bruit !...

Couper le son, je ne le puis.
À la folie cela conduit.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Causerie sous la lune

Et Patati et Patata ! …
Faut savoir se taire parfois.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Histoire sans parole

Aujourd’hui, pas de mot.
Pas dit mot, Pas dix mots
Pas deux mots
Pas de mot
Pas mot dire
Pas maudire
Pas médire
Le silence et t’endors.


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le dernier sera t-il le bon ?...

Des mots
Des maux
Des bons mots
Des mots laids
Les mots dits
Les non dits
Les ouï dire
Dans l’silence
Sans mot dire
Sans… Maudire
Les y’a qu’à
Les faux pas
Dans l’silence
Des… Faut pas
Toujours pas ?
Peut-être pas.
Les résonances
Des dissonances
Les vraisemblances
Invraisemblances
Un peu d’silence !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Proverbe III

"Pierre qui roule n'amasse pas mousse"

Certes me direz-vous !

Jusqu'au jour où...

Elle rencontre un rocher.

Et là...

Encore un proverbe discutable.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Petite réflexion

Un con averti, n’en vaudra jamais deux.
Car il pensera toujours qu’en l’avertissant…
On veut le prendre pour un con.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L'homme & le monde.

Le monde est malade…

Pas tant que moi !

Dit l’homme de bonne foi

Se mirant nonchalamment.

Un jour de grande déprime…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Pensée positive.

Sommes-nous gouverner ou dirigé ?

Et puis dirigés vers où ?

Bon... On est allé à la foirefouille

On nous a dit qu’il y avait des soldes.

On s’est habillés tout bien

Pour le prochain voyage...

...Et puis voilà qu’on reste là.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Précision Suisse.

LES ADMINISTRATIONS SONT...

DES HORLOGES SUISSES !

Pour vous… Bien payer après temps...

Et vous… Bien payer après heure…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sur le harcèlement intellectuel.

L’auto harcèlement intellectuel

Est une tendance très likée

Dans la sphère des artistes à écharpes blanches…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

"L'enfer c'est les autres !"

Reprenez-t-il.

Isolez-vous mon cher !

Peut-être accèderez-vous au stade

De l’auto harcèlement intellectuel

Et obtiendrez-vous votre billet

Pour cette ineffable sphère

Des intellectuels à écharpe blanche.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

La lecture selon Nessuno

Lisez, lisez mesdames et messieurs !

Mais surtout ne retenez pas…

Ce qui pourrait vous plaire.

Ne confondez pas…

L’esthétique et le beau.

Les éviers et les lavabos.

Toujours faire attention à la rime.

Elle peut être là pour vous tenter...

LA SALOPE !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Première en 1ère Classe...

Il prit un billet en première classe

Tout frais payés,

On l’en avait assuré.

Mais le confort…

Peu tasse de thé.

Service exécrable.

Blanchisserie douteuse

Irritant les muqueuses.

Une literie pouilleuse

Peuplée de bêtes farceuses.

Enfin un voyage chaotique

Contrairement à la publicité.

il descendit donc à la première gare

S’en allé cueillir des nénuphars,

Se mirant désespérément tel narcisse.

Qui… entre-parenthèse sans reflet…

N’aurait jamais été une star.

Lui de reflet n’en vit pas et…

D’un geste brusque se reculant

Scruta tout autour de lui.

La foule était là…

…Mais lui avait disparu.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Van Gogh & Moi

Quand je regarde ma toile

Je pense à Van Gogh et…

Je fais une crise d’épilepsie.

Au réveil la tête en éclat,

Je vais me coucher.

Après quelques jours

M’étant refuser à la regarder

Je reviens à moi et je sais...

Que je ne suis...

Qu'un épileptique...

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Sur le Théâtre.

Tous les grands personnages de théâtre

Sont des malades mentaux.

Les personnages qui les entourent

Sont leurs obsessions.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Petite blague.

Au diable la varice

Disait le scalpel .

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Oups ! Lapsus…

Évitez les cunnilapsus…

Une méprise est si vite arrivée…

Vous auriez du mal à vous justifier

Et là… Rédhibitoirement rejeté.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Lettre de mon moulin...

Avant






Écrire.


Et encore et encore

Jusqu’à ne plus avoir quoiqu’ce soit dans la tête

Comme si j’me vidais de mon être

Comme sang qui coule

Jusqu’à la mort, jusqu’à la mort !

Voilà ce que je voudrais

Pouvoir me vider de mon sang dans l’écrit.

En laissant cette trace

Oubliant le pourquoi

Le pourquoi de la phrase.





Mourir en écrivant !

Écrire jusqu’à la dernièr’goutt’de mon sang.

Comme un stylo exsangue.

Voilà, oui, c’est ça !

Jusqu’à la mort ! Jusqu’à la mort !


Déchirant la saint’axe

Explosant les mots

Me délivrant des maux

Carbonisant l’fumier qu’on nous met dans la tête


Les brefings

Les debriefings

Avec les coaches

Du marketing

Story board

Check list

Et audit

En prime time

Au cours des brunches

Des afters works

Des gardens partyes

Ou des opens bars

leur pacemaker en bandoulière

Mais… Tous les has been son vintage !

Et leur brainsjacking toujours derrière.


Et tout l’monde est dead.

Et Fuck la société

Et niqu’leur race

Et tous dans leur ghetto

Endoss’du Tacchino

Jouent les Al Pacino

Chaussent le Nike

Enfourchent le bike

Et j’te nik’ta mère !

Toi et ta bandoulière

Je te prends par derrière.

Avec blanch’neige

Et ses sept nains



Mais c’est tell’ment difficile.


Vitriolés de l’âme qu’ils ont fait de nous

À force de blâms’d’humiliations et de coups.

Poussant à la radicalisation

Annihilant toute raison.






JE VOUS EMMERDE !


Je vous emmerde tous ! Tous autant que vous êtes !

Je veux simplement vomir cette nausée

Du très fond de mes entrailles.

La souffrance

La détresse

Le malheur de savoir l’être aimé

Éternellement, intérieurement

En bataille, rongé.

Par l’acid’sociétal.

Stabilisé à coup d’injections létales

Raffinés dans les laboratoires

Des brainsjacker diplômé.


Hurler mon intérieur qui brûle

Gronder ma ire inextinguible

Que je ne peux malheureusement

Pas ici, SHOOTER CONCRÈTEMENT !


Je n’y arrive plus

Mais je m’en fout

L’écriture est tell’ment belle

Que quand j’vois la mienne

J’ai l’impression de la trahir.

Mais peu importe.


Pas d’figure de style

Du style cherch’la rime

Sinon t’es dans l’abîme

Pas d’effet d’surlignage

Tout’les phalanges en nages

Les trois doigts dans l’beat

Pour êt’roi d’la kriptonite

L’important est de laisser aller

La main au rythme de la vibration.


Mais au moment où…

Je commence à avoir…

Un soupçon d’réflexion…

La vibration se tire.

Et mon corps, ma tête

Big bang implosion.


NNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN …Le moment est vécu…





///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Pensée lente

&

Pensée rapide

Je ne me hasarderais ce soir, qu’à pas feutrés dans cette sphère si je puis dire, n’étant pas suffisamment initié en la matière.

Je ne me contenterais donc que de me poser quelques questions par rapport a ces deux fonctionnements cérébraux.

- Il est dit que la pensée rapide est :

Rationnelle, analytique, linéaire et logique.

Elle fournit des solutions claires à des problèmes bien définis.

- La pensée lente elle, est intuitive, primitive et créative.

Elle entre en jeu quand toute pression a disparu et que nous avons le temps de laisser les idées en veilleuse émerger à leur rythme. Elle initie des prises de conscience riches et subtiles.

De là ma perplexité et réflexion sur le sujet.

Quelqu’un pourrait-il m’expliquer comment, en tant que peintre, écrivain, comédien et metteur en scène, si mon cerveau ne fonctionne pas en «mode» ULTRA rapide, il m’est impossible de créer quoi que ce soit ?

Pensez-vous que Van Gogh, Vlaminck, Goya, Bacon.

Que Mozart, Beethoven, Wagner, Vivaldi.

Et tant d’autres dans d’autres disciplines.

fonctionnaient en pensée lente ?

Attention pas de méprise ! Loin de moi l’esquisse de l’ébauche, du projet de la pensée de m’immiscer dans ce panthéon.

Non, ce que je veux dire, c’est que lorsque je peins par exemple,je n’ai aucune pression certes mais, je ne sais pourquoi, je suis pris et je ne sais comment et pourquoi, d’une frénésie irrépressible.

Et il en est de même en ce qui concerne l’écriture.

Il est exactement 3h00 du matin et je ne peux m’empêcher de torturer mon clavier :)

A moins que chez moi, les deux modes de pensée aient fusionnés ?… Mais cela serait-il possible ? J’en doute sincèrement.

Non j’opterais plutôt pour une maladie sournoise style auto immune, un dysfonctionnement quelconque ayant créé un décloisonnement des dites pensées

Un peu comme des termites s’attaquant à une charpente .

Enfin, heureusement on en meurt pas ! Tout du moins , pour l’instant et en ce qui me concerne (Oui parce que je ne pense pas être le seul dans ce cas.)

Et puis…

Mieux vaut vivre à fond et sentir la vibration

Que de marcher au pas et analyser la situation.

Moi j’dis ça…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Le pain béni

On ne devrait jamais jeter le pain rassis

On peut avec, frapper son congénère.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Gros Plan

J’entends au loin les cris horrifiés

De ma microscopique multitude.

Vers de terre

Vers mi sots

Sots entiers

Saut vers le fond

Le très profond

D’l’aberration

De la chasse à la plénitude

Sots d’eau verte d’algue

Follement échevelée

Par le vent de l’illusoire.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

L’effet Papillon

On ne devrait jamais écrire

Quand on ne le sait pas !

Ainsi disait Nessuno

Une des ses nuits les pires.

Cent fois sur le métier

Il remettait l’ouvrage

Se gravant la maxime

Tel un tatouage.

Mais rien y faisait

Tatouag’papillon

Ne demandent qu’à s’envoler

Et par nuées bruissantes

Les mots entre eux de résonner.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Apostolat

Il pleurait,pleurait,

Toutes les larmes de son corps,

Il riait, riait

Toutes les tripes de son ventre.

Les gens étaient là, pleurant, riant,

Étant pris d’une étrange transe.

Quand la cloche sonna

Que l’office fut rendu

Il prit saut et serpillière

Et se dit qu’s’il avait su y s’rait pas v’nu

Finir à la p’itcuillère

Si c’était pas un'misère.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Historiette de Jams...

I- Il ne faut jamais dire jamais

II- Vous êtes très négatif mon cher

I- Et pourquoi ça mon cher ?

II- Eh bien, déjà parce que le fait de dire deux fois jamais dans une phrase, et de surcroît en son début, cela est très négatif. Voyez vous ce que je veux dire ?

I- Pas vraiment…

II- Oubliez mon cher, je suis parfois abscons.

I- Je ne me permettrais jamais…

II- Tiens vous voyez vous avez recommencé

I- Je vous prie de m’excuser mais jamais je ne recommence.

II- Si vous le permettez, je m’en vais retrouver mon obscurité

I- Mais mon cher… (Pendant que II s’éloigne.)

Voix off :

Moralité, n’entamez pas le dialogue avec quelqu’un qui parle «jamais».

Comme d’autres peuvent parler Javanais, qui d’ailleurs est une déviation de Jamais, afin de ne pas prononcer ce mot honni pour certains, maudit pour d’autres ou encore pour les plus sages, oublié tout simplement.

Bonne chance et pour les plus chanceux,

prompt rétablissement.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

It’s a long way...

L’air était pur

La route était large

Lorsqu’il se prit le pied Contr’une caillasse

De courroux il frappa et frappa

La masse au front renfrogné

La masse insensible et inerte.

Mais têtu et loin de se résigner

Il frappa jusqu’à s’en casser les pieds.

Sur le chemin du retour

Ayant emprunté une brouette

Aux abords plus accueillants

Se dit que sur la première pierre

Jamais il ne jetterais plus le pied.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Recette.

Mettez :

Trois personnes dans un bocal

Bocal style poisson rouge

Transparent donc

Mais très important,

Sans aucun décors autour.

ces personnes très vite vont tenter de sortir

Ils se feront la courte échelle

Se grimperont les uns sur les autres

Pour accéder au sommet

Mais rien y fait.

Ils glissent à l’arrivée…

Quel est ce jeu là me direz-vous ?

Je vous répondrait que ce n’en est pas un.

Cela passait avant les informations

Sur une des saintes chaînes de nos télévisions.

Tout le soirs inéluctablement

Se débattaient désespérément

Les agités du bocal.

Après maintes années de réflexion

J’en suis arrivé à la conclusion

Qu’il vaut mieux être agité

Pour essayer de sortir du bocal

Que de rester tranquillement à l’intérieur

Bouch’baie, attendant, sans’donner de mal

Les miettes à poisson de quelques doigts rieurs.

Heureusement et comme morale de ma petite histoire :

Tout message contient deux lectures.

Et il existe le strabisme divergent.

Qui à travers sa focale lui,

Transmettra une contre information.

Laissons donc le convergent recentrer tout ça

Et peut-être que le troisième sortira du bocal

Ce petit chef d’œuvre de huit clos

Digne de ce cher monsieur jean-Paul Sartre

Ce déroulait devant nos yeux

Dans les années soixante.

Il est d’ailleurs intéressant de noter, que ce même cher monsieur Sartre, déclarait en 1954 de retour d'URSS,lors d'un entretien pour Libération :

«Le citoyen soviétique possède, à mon avis, une entière liberté de critique»

Ayant donné cinq longs entretiens la même années pour le même quotidien, celui-ci résumera la teneur du premier d’entre eux par :

«La liberté de critique est totale en URSS.»

Ironique qu’un journal se nommant «Libération», se fit l’écho de la liberté totale de critique en URSS en 1954 alors que les Goulags créés en 1934 furent fermés qu’en 1991.

Et après on nous dit qu’internet guide nos pas, que les méthodes stimuli aujourd’hui, sont ultra sophistiquées.

Bonne appétit, ministres intègres !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

loader

Au poulailler

L’habitude n’est pas une bonne critique

La coutume encore moins

Les rites sont dangereux

Et la bonne foi peut mener en enfer.

Mais qu’est ce qu’une bonne critique me direz-vous

Et je vous répondrais

Elle nécessite deux face pour faire la pièce

Écoute et mutisme.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Pourquoi ?

La question n’est pas de savoir qui pense quoi

Mais plutôt le pourquoi ?

Et là, nous nous engouffrons

Dans le monde de l’infinie subjectivité…

Vous pourriez m’objecter : Mon cher Nessuno,

Il s’agit là d’une réflexion à deux balles.

Et je vous rétorquerais,

Qu’au nom de ces réflexions dites à deux balles

On en chargea les fusils

Des pelotons d’exécution

Sans en oublier une à blanc,

Pour laisser la marge à une illusoire objectivité.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

À vos torches

Ne vous étonnez pas d’être tombés si bas…

Certains vous dirons qu’il ne s’agit…

Que d’une question de niveau.

D’autres :

Encore eut-il fallut que vous fussiez

Dans l’ascenseur spatio-temporel.

Ou encore :

Comment situer le bas du haut ?

L’espace étant infini.

Enfin, il faut bien rester optimiste…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PENSÉE DE "NESSUNO"

loader

Olé !


Je mat’ador
Je mat’amort
J’oublie la vie
Qu’a pris le plis
J’ai pas d’ticket
Mais j’sais sauter
Métro bondé
Halluciné

Tous sur les rails
Même les racailles
Caill’rats musqués
Caill’rats fumés

Allons enfants de la paquatre
Blousez vos voix, étonnez vos êtres.
Moi, Je mat’ador
Je mat’amort

Et quand je m’en dehors
M’irais, les forceps aurais...
Explosé.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

nFAITES VOS COMMENTAIRES

SUR :


nBlog.nessuno@gmail.com



nà partir de

lnVotre boîte mail.



David Lurcott

alias

Jean-Pierre Fouque

Blog.nessuno@gmail.com


Écrivain - Essayiste - Pamphlétiste

Auteur dramatique - Scénariste

David Lurcott Lot et Garonne